Un mystérieux voyage


Assise sur le rebord du monde, j’observais cette Terre qui grouille d’hommes affairés à remplir inconsciemment leur mis-sion. Je me retournai un instant, jetant un œil dans mon sac à dos que la lune noir m’avait glissé lorsque j’étais "remontée" du monde d’en bas. Accoudée sur la rambarde de l’Astral, je scru-tais la Terre à la recherche de mes futurs parents. J’observais attentivement chaque aura, à l’affût du moindre signe, corres-pondant à mes attentes.
Et tandis que la génétique commençait le long travail de réalisation de mon corps physique, me faisant passer de mul-tiples étapes, du liquide au végétal, puis à l’animal, je me con-fortais dans l’idée que je ne me trompais pas dans mon choix.
Pour me rassurer, j’ouvris le sac à dos que m’avait confié ma lune noire, et je vérifiai plaie après plaie, don après don, que mes futurs parents disposaient des mêmes bosses que moi, karmas des vies passées non résolus à ce jour.
Entamant sur Gaïa, mon passage à l’état de roi, je conti-nuai mon enquête auprès de Pierre, le passeur d’âme. Il m’at-tendait au bar de l’Astral. Il me vit arriver de loin, et me com-manda un café à peine étais-je arrivée. Je sortis mon précieux sac et commençai à y fouiller dedans. Je l’interrogeai sur mes futurs parents. Ainsi il m’apprit, en consultant ses registres, qu’ils correspondaient effectivement à ce que je recherchais dans le cycle éternel du samsara.
Comme l’heure du choix approchait, mon enveloppe ayant passé avec succès les phases de pauvre, de fourmi et de géant, il me mit tout de même en garde.
- Es-tu sûre de toi ? La mission qui t’attend ne semble pas ai-sée ! Elle est pleine de souffrance, et il te faudra surmonter des épreuves bien plus difficiles que tu ne peux l’imaginer ! Pour tes trente-huit ans, ta lune noire réactivera tes karmas passés. Il te faudra te connecter à ton corps causal pour qu’il t’aide à révé-ler les secrets enfouis et bien gardés !
Je souris et regardai Pierre, plantant mon regard dans le sien ! Il tressaillit, surpris d’y trouver tant de détermination, de tristesse et de force à la fois.
- Oui, j’en suis sûre ! Regarde mon sac à dos ! Il contient tant d’échardes à retirer de mon arbre transgénérationnel que ma vie terrestre, je te l’accorde, ne sera pas facile ! Mais, vois éga-lement, tous les dons qu’il y a et qui m’aideront à accomplir ma mission ! Je n’ai pas peur, je suis prête !
- Bien, dans ces conditions, il est temps pour toi, d’abandon-ner ta mémoire et de rejoindre ton enveloppe terrestre. Je serai là à ton retour.
Pierre n’insista pas devant ma détermination. Il but son ca-fé et m’ordonna de terminer rapidement le mien. Il alla s’asseoir derrière son bureau et me désigna un spider arrimé au port des âmes.
- Il est l’heure petite âme ! Bonne chance dans ta mission !
A peine née, je hurlai, n’étant pas prête à ressentir aussi violemment, dans chaque cellule de mon corps, tous les maux des Hommes ! J’eus un instant d’hésitation, puis regardant une dernière fois ma propre boite de Pandore, je n’hésitai plus et, au premier sommeil, je chaussai l’écran qui me permettrait de supporter cette atmosphère négative.
Au fil du temps, ces lunettes disparaîtront, me laissant le champ libre, pour résoudre mes blessures karmiques.
Aujourd’hui, en me retournant sur ma vie, je constate le travail accompli. Mon sac à dos s’est allégé de quelques plaies. Mais, je ne me fais pas d’illusions, il doit bien en rester quelques une cachées au fond. Trente-huit ans ont sonné et les trois « R » se sont enclenchés. La Répétition a commencé, le cycle infernal doit être brisé, les réminiscences du passé sont là pour m’y aider.
Alors, en regardant dans mon sac à dos que j’ai précieu-sement conservé tout au long de ces années, on ne se sépare pas comme cela d’un cadeau de la lune noire ! je fouille mieux, scrute le fond, dans les recoins cachés. Ma mission serait-elle terminée ? Non, le voilà celui que je cherchais ! Le Don des vies passées ! Je le prends précautionneusement au creux de mes mains, l’observe, le tourne et le retourne. Oui, il est temps ! Il est temps de le sortir de ce vieux sac, de le dépoussiérer ! Il est temps de l’utiliser ! Car en somme il semble que ce ne soit que le début...


Publié le 7 octobre 2014

243 votes



L'auteur

Sandra Rastoll

Âge : 49 ans
Situation : Union libre
Localisation : VALDEBLORE (06) , France
Profession : COMPTABLE/ECRIVAIN
Voir la fiche de l'auteur