Les récits des candidats


Écrit par Christelle Goffinet-Maurin, le 9 octobre 2014
186 votes

A toi, à nous

Etait-ce un bel adieu, était-ce un au-revoir Qui peut savoir au fond, ce que cache un regard Ou bien si certains mots, prononcés certains jours Resteront inchangés demain ou bien toujours Te perdre en fait, pourquoi ? Parce que tu me désires Et même plus encore, je le sens, je le sais La suite inéluctable, tu ne veux pas la lire Tu dis que nous n’avons pas le droit d’y céder Je ne peux qu’approuver, admirer ta droiture Qui me prouve quel homme merveilleux tu es Même si renoncer est une déchirure…
Écrit par Théophile Marcelin, le 9 octobre 2014
1 vote

Article : INSTANT ANIMAL

La voyant rugir à chaque fois qu’il s’approche d’elle comme une femelle ayant le mâle en elle, il devrait se demander s’ils sont vraiment félins pour l’autre... Théophile Marcelin TEHE
Écrit par Daph Nobody, le 9 octobre 2014
151 votes

Se calibrer ou se flinguer : une chronique de Daphnis Olivier Boelens (Daph Nobody) à propos du livre de Virgine Vanos

Pour changer de la fiction, je vous propose aujourd’hui une de mes chroniques littéraires, que vous pouvez retrouver sur mon blog dédié à des articles culturels de toutes sortes. http://daphnobody.blogspot.fr/ VIRGINIE VANOS : « LES SOUS-TECKELS ou 45 BONNES RAISONS DE CRAINDRE LA MASSE SILENCIEUSE » SE CALIBRER OU SE FLINGUER – une chronique de Daphnis Olivier Boelens (juin 2014) – Procès du conformisme, éloge de la différence Procès du robotisme à visage humain, éloge de la poésie Procès de…
Écrit par Nio, le 8 octobre 2014
12 votes

Différence

Parce que je suis noire jamais il ne m’épousera. Je suis une femme de couleur et lui un homme d’un autre monde. Sa famille ne voulait pas de moi puisque ma peau dérangeait et elle dérange encore. On se regardait souvent, il était intéressé et illuminait par la beauté de mon physique. Coréen peut-être, la langue je connaissais. Un jour seulement j’aimerai qu’il me comprenne : je pense que c’est déjà fait. Il m’a déjà montré son sourire et son cœur. Juste, il ne pourra changer la parole de ses parents...…
Écrit par Nio, le 8 octobre 2014
15 votes

Le château des rôles !

Dans le château, la reine nous a offert un joli foyer. Il y avait vingt personnages de région et d’univers différents : Le premier portait un chapeau magique, il était calme et cachait une magie douce, apaisante. Le second avait la peau bronzée et portait des lunettes qui pouvaient lire dans les cœurs de tous. La troisième se munissait d’un chaperon noir et de cartes pour lire l’avenir. Le quatrième était le guérisseur. Le sixième semblait méchant mais au contraire il était drôle et le guerrier d’une…
Écrit par Nio, le 8 octobre 2014
11 votes

Combien de temps ?

La vie n’est rien sur cette terre car elle est de courte durée ou longue pour d’autre, parfois un enfer. Autour de nous, nous aimons plus ou moins les gens et nous essayons de nous réaliser comme étant une unique personne. Les rencontres sont parfois un signe de bon sens et des fois maladroites. Nous veillons sur l’être que nous aimons et nous faisant disparaître celui qui nous fatigue ou qui détruit notre existence. La bonne paire et parfois celle qui nous donne un second souffle cette envie de…
Écrit par PIERRE PAUL NELIS, le 8 octobre 2014
4 votes

Renaud ? Je t’offre ma réponse à "Mon bistrot préféré".

J’ouvre les yeux doucement à 07.30 Ma fille est à la cuisine qui prépare le café La radio a un doux parfum de nostalgie Renaud chante doucement son bistrot préféré Je reste silencieux, je me fais cinéaste de ces vers À chaque phrase, s’anime la bande, ses amis artistes Au zinc, ils rient, parlent fort, entrechoquent les verres Renaud tour à tour, les étreint, seul au milieu de la piste Râlant qu’ils ne l’aient pas emmené avec eux Les uns et les autres rient, Ferré lui tape dans le dos "Bordel…
Écrit par PIERRE PAUL NELIS, le 8 octobre 2014
2 votes

Croire en eux ? Non. Croire en la vie ? Oui !

Les religions ? De tous les temps, elles sont en armure. Mais certains hommes ne portent pas les vêtements de la haine. Mais certains hommes ne portent les vêtements de l’intolérance et du rejet de l’autre. Si la connerie des religions n’existait pas ? Je ne m’en porterais pas plus mal. D’ où qu’elles proviennent, elles ne sont que guerres. La plupart du temps, elle sont médiocrités intellectuelles. Les plus grands criminels sont devant vous, jamais condamnés, toujours pardonnés. Pierre Paul…
Écrit par PIERRE PAUL NELIS, le 8 octobre 2014
3 votes

Moment de réflexion.

Depuis quelques jours, je croise un petit homme. Non par la taille mais par ce qu’il semble être. Un de ces petits hommes indispensables dans un costume étriqué. L’homme est sec et mince, le crâne rasé, des lunettes sérieuses. Ce petit monsieur porte le monde sur ses épaules. D’autre part... cet homme ne marche pas, il court. Au restaurant routier, c’est à peine si il sourit à la caissière. Moi qui me pose en spectateur, je décide de lui voler son image. J’ai un faible pour les gens…
Écrit par PIERRE PAUL NELIS, le 8 octobre 2014
21 votes

Laissez-moi vous raconter l’histoire de mes enfants.

Il était une fois, un couple de chaussettes appelé chaussettes ADO. Ça va de soie, de nylon, de coton ou d’acrylique. A sa sortie des chaînes de production, le couple de chaussettes a de l’ambition. Il veut réussir sa vie et vivre sur un grand pied. Mais la vie est bien différente ! Dès l’arrivée au pays des adolescents, le couple doit se séparer. Les malheureuses chaussettes sont mises à chacun des petits petons de nos fumeurs de Haschisch. Cette cruelle situation les éloigne vite l’un de…