Les récits des candidats


Écrit par Sandra Rastoll, le 7 octobre 2014
229 votes

La fée piégée

Elle est belle et candide, Elle l’a cru et s’est fait piéger ! Maintenant, elle observe le monde, Les bouquets de roses rouges brisés, Éparpillés devant l’entrée désormais fermée, De sa belle cage argentée. Mais aussi confortable et agréable soit-elle, Cette véranda qui l’enferme, La prive de liberté à jamais ! Elle n’offre plus qu’un visage triste et fermé, Désolée d’avoir été aussi naïve Pour se précipiter dans ce qu’elle croyait Etre son rêve mais qui n’est plus qu’une triste réalité ! Bientôt sa beauté se…
Écrit par Magali Aïta, le 7 octobre 2014
38 votes

Avis de décès

Il est rentré à son domicile plus tôt que d’habitude. Surprenant son épouse avec un baiser rapide dans le cou. Elle lève la tête de son livre, le regard interrogatif, elle attend un mot de sa part. Il s’installe dans le fauteuil en face d’elle, le blouson encore sur le dos, les chaussures de sécurité aux pieds. Le visage fermé, les cernes sous les yeux témoignent de l’abattement qui lui serre le cœur. Les nuits d’insomnie se sont succédées malgré les médicaments, les tisanes ou autres potions artisanales.…
Écrit par Fredleborgne, le 7 octobre 2014
43 votes

Le petit livre des grands fous

Grand fou moi-même, je n’autorise personne à se reconnaître dans ce texte. D’ailleurs, je ne mettrai pas la totalité de mon petit livre ici. Je n’ai pas envie d’être la victime de vulgaires copieurs. Je m’appelle Fredleborgne et je suis né quelque part de parents aussi idiots que vous. Vous ne m’avez jamais croisé dans la rue, je n’y vais jamais, mais on me laisserait sortir que vous ne m’oublieriez pas, effrayés que vous seriez par les éclairs de mon regard. Progrès oblige, on me laisse aller sur…
Écrit par Fredleborgne, le 7 octobre 2014
43 votes

Nous sommes tous des dégueulasses

Dernièrement, un girafon de dix-huit mois a été lâchement assassiné, pour cause de patrimoine génétique commun. Sa dépouille a été exposée en public. Son cadavre a été mutilé. Il a ensuite été dépecé, découpé et jeté aux fauves. Vous trouvez ça barbare, vous, ceux qui ont condamné Farid de la Morlette a un an de prison pour avoir jeté un chaton contre un mur et l’avoir blessé ? Et pourtant, chaque jour, vous permettez encore pire ! Je pourrais vous parler de toutes les atrocités dont vous êtes complices en…
Écrit par Magali Aïta, le 7 octobre 2014
27 votes

L’amour à grande vitesse

1. Comme chaque semaine, je prends le TGV pour rejoindre ma terre natale. Je quitte l’agglomération parisienne et sa pollution avec pour seule préoccupation de retrouver la nature ardéchoise. Depuis toutes ces années, j’ai pris mes habitudes et j’aborde ces temps de trajet ferroviaire avec comme optique de la mettre à profit pour déguster un livre. Une fois débarrassée de mon sac et de mon manteau, je me cale confortablement, prenant soin de trouver la posture adaptée à plusieurs heures de lecture.…
Écrit par Fredleborgne, le 7 octobre 2014
41 votes

Un jour j’irai là-bas

Je ressens dans mon dos ses sourdes vibrations. Je la vois grossir dans mon rétroviseur. Devant nous, à environ cinquante mètres, les deux files fusionnent sans possibilité d’esquive. Quarante-cinq mètres plus tard, elle se rabat sauvagement dans ma distance de sécurité avec le véhicule précédent. Le conducteur doit être content, il a gagné une place, en manquant renverser un scooter. Pour aller où ? Pour faire quoi ? Je n’en mène pas large sur la route, alors, on voudrait que je rase les bas-côtés. Je…
Écrit par Magali Aïta, le 7 octobre 2014
39 votes

La mort aux trousses

Assis sur son canapé devant un tas d’enveloppes, il boit son whisky les yeux dans le vague. Il est trois heures du matin, tout juste rentré d’une soirée mondaine, il s’apprête à découvrir les messages de ses fans. Il ne se passe pas un jour sans que son attachée de presse ne lui apporte un sac de lettres de félicitations. La France entière l’encense pour ce prix obtenu contre toute attente. Lui, le fils d’ouvrier, le bon à rien, est devenu en peu de temps l’idole de toute une génération. « La roue tourne…
Écrit par Fredleborgne, le 7 octobre 2014
42 votes

Mourir trop tard

J’émerge doucement de ma torpeur. J’ouvre les yeux. Je ne suis pas chez moi. Je suis dans une chambre, une chambre d’hôpital me semble-t-il. Que m’est-il arrivé ? Je ne m’en souviens pas. Sur la table de chevet, le réveil indique « 14 :05 ». Je n’ai pas trop d’énergie. Je m’ennuie après mon premier coup d’œil circulaire. Un jeune gars entre. Il me souhaite le bonjour, m’explique qu’il va changer mon lit et mon matelas, que je serais mieux installé ensuite. Il pousse un lit médicalisé vachement bas à la hauteur…
Écrit par Fredleborgne, le 7 octobre 2014
43 votes

Leçon de conduite

Nationale double-voie, avec ma Ducat. L’air est chaud, au loin le bitume couvert de flaques s’assèche comme par magie. Je tape un cent-cinq régulier. Je sais la voie dégagée en matière de radars fixes, car les services compétents n’ont pas pu déjà les avoir remis en service, après ma dernière petite intervention nocturne. Cependant, je ne prends aucun risque avec ma « régulière », qui contrairement à mes conquêtes d’un soir souvent empruntées, n’a pas vocation à finir abandonnée dans un coin tranquille. De…
Écrit par Fredleborgne, le 7 octobre 2014
43 votes

Ce soir j’ai regardé le ciel, et la Lune, et les étoiles

Seul dans l’obscurité froide de la nuit de ce vingt décembre… Mes yeux errent, se perdent dans cet infini qui les surplombe. Je n’ai jamais regardé vers le haut comme ça jusqu’à présent. En même temps, je songe à ma vie, pleine de bruits, de fureur, de rage. Je suis né comme tout le monde ou presque aujourd’hui : à l’hôpital. Je sais pas pourquoi j’y songe, je ne m’en souviens pas, je ne sais même pas si l’accouchement a été difficile ou pas pour ma mère. Il en reste sur mon livret de ma famille, sur ma carte…