Le petit livre des grands fous


Grand fou moi-même, je n’autorise personne à se reconnaître dans ce texte. D’ailleurs, je ne mettrai pas la totalité de mon petit livre ici. Je n’ai pas envie d’être la victime de vulgaires copieurs.
Je m’appelle Fredleborgne et je suis né quelque part de parents aussi idiots que vous. Vous ne m’avez jamais croisé dans la rue, je n’y vais jamais, mais on me laisserait sortir que vous ne m’oublieriez pas, effrayés que vous seriez par les éclairs de mon regard.
Progrès oblige, on me laisse aller sur internet. Je surfe sur les sites X dès qu’on me regarde. Mais en fait, je tape des textes sur mon bloc-notes, et ensuite, je les copie-colle en vitesse sur le Net.
Perturber des forums d’imbéciles, critiquer des articles d’actualité, crier à la haine raciale ; j’adore !
Mais je veux aussi écrire mon livre.
Pendant des années, avant internet, j’ai passé mon temps à observer les autres fous d’ici, les docteurs, les infirmières, les matons, les visiteurs. Que des nuls ! Je me suis donc intéressé à moi, l’incompris, qui vivait au dessus de tous leurs principes, au mépris de toutes leurs lois, de leurs convenances, de leur désir de me voir devenir comme eux.
J’ai résisté. On m’a enfermé, battu, drogué, attaché...en vain. Je résiste encore. Mais pour eux, j’ai l’air d’aller mieux quand je suis sur internet.
Je pouvais ainsi découvrir ce monde de petits anonymes vicieux, d’exhibitionnistes forcenés, de frustrés, de mythomanes, d’escrocs, de mal-baisés, de ratés, de minables...avec ou sans photo, menteurs voulant être ton ami, ,recherchant ta voix, ton clic, de l’argent ou ton cul.
J’ai bien compris en découvrant internet qu’il valait mieux être fou que l’un d’entre eux. J’ai pourtant essayé de leur inculquer un peu de ma sagesse. Mais ils se complaisent dans leur fange et s’unissent pour te faire chasser par les modos.
Et puis un jour, je suis tombé sur un site littéraire qui proposait d’éditer les livres de ses membres. C’est de là que m’est venue l’idée d’écrire mon livre. C’est ce que j’ai dit dans le forum de crétins, ils allaient voir ce qu’ils n’avaient jamais lu.
Un peu de moi, en boule, en cylindre, en tranches, mon moi secret que je pétris en permanence. Avant de leur dire à quel point ils étaient bêtes, et ce qu’ils devaient faire pour faire croire qu’ils ne l’étaient pas tant que ça.
J’aime bien critiquer les chômeurs, les assistés, surtout les arabes et les noirs, et puis les gauchos qui les défendent. Je ne sais pas si c’est bien de critiquer les juifs. Souvent, c’est les gauchos qui le font, parce que les juifs sont riches, tuent des arabes, ne paient pas d’impôts, violent des femmes de ménage noires ou des filles de 13 ans en toute impunité et manipulent les médias. Des types biens qui veulent la pureté de la race blanche disent que les juifs sont des rats. Bref, à part les juifs, personne n’aime les juifs, et ils le savent tellement qu’ils le crient sur tous les toits. Bien que, ils ne sont pas d’accord entre eux non plus. Mais il vaut mieux ne pas les critiquer, ils savent se défendre. Je m’en fous, j’ai déjà assez de bile que je peux déverser sans risque. Je me fous de tous, tous des cons.
J’ai aussi des avis sur tout : l’économie, la justice, la misère, l’immigration. Je souffle sur les braises des frustrations, et des solutions, j’en ai, des simples, des fondamentales, de celles dont personne ne veut, et on se demande pourquoi, dans leurs programmes de tocards.
J’ai donc écrit mon livre. Je me suis fais remarquer dans le forum, j’avais mis le premier chapitre, et je voulais qu’on m’achète la suite. Fou peut-être, mais pas au point de donner tout mon travail. Moi, je ne pouvais le donner à lire à personne pour le corriger, ce livre. J’ai passé des heures à écrire mes cent soixante pages, à les corriger, à réviser les règles de grammaire les plus tordues, y compris le conditionnel présent qui serait le futur du passé selon certains. Quelle connerie ! Là , je ne me suis pas laissé prendre. Le gars du site me publierait gratuitement et pourrait ainsi faire son beurre, tout en me versant des droits d’auteur qui pourraient me permettre de m’acheter des sodas et des Mars au distributeur de la salle de visite. Mais à cause des autres, cet imbécile a effacé mon roman de ma vie avec tout ce que j’avais à dire. Entre-temps, j’avais dû subir les commentaires porcins d’un jaloux vicieux et anonyme qui publiait des poèmes en six mots.
Une véritable injustice ! Mais mon petit livre, que j’appellerai « Ma bataille » finira bien par crever l’écran plat de vos liseuses, bande de nazes de ce site de daube, et on me sortira d’ici, pour que je puisse enfin mettre de l’ordre dans votre monde pourri...


Publié le 7 octobre 2014

43 votes



L'auteur

Fredleborgne

Âge : 56 ans
Situation : Marié(e)
Localisation : Niort (79) , France
Profession : Retraité
Voir la fiche de l'auteur