La dernière marche


Des souvenirs pleins de lumière. Quel intérêt pour un homme désormais seul ? Ha, ha, ha, quel meilleur compagnon que le rire ? Ma mémoire ? Compagne d’infortune emplie de ma vie, ma femme et mes enfants.
Ma vie, banale au demeurant, compliquée comme celle de beaucoup d’hommes. Normal, avec une maîtresse comme seconde femme. Combien d’années de mensonges ? Plus assez d’espace dans mon esprit torturé par les regrets. Pourtant, des années de bonheur avec une femme merveilleuse et bonne cuisinière, chose importante. Mais l’homme fertile à la quarantaine endiablée par le démon de midi. Oui ! Moi, l’homme fertile, sans prétention aucune. Les années écoulées, une femme vieillissante, de plus en plus indisponible. Du gaspillage de ma semence plaisir solitaire ? Hors de question !
Un emploi de cadre dans une entreprise de fabrication d’ouverture. Jeu de mots amusant au passage. Carrière prometteuse avec un salaire variable selon les bénéfices et le développement urbain. De temps en temps, un loto et une petite bière dans le bar d’à côté, juste histoire de… de… Angelina ! Prénom irrésistible et singulier à la consonance Outre-Atlantique. Grande, métisse, aussi jeune que jolie. Serveuse dans ce bar. Joli minois frais comme ma bière. Dix ans déjà. En cet inoubliable lundi soir, pas deux fois le même regard. Non, un seul ! Bref, le coup de foudre. Et puis, nos premiers ébats dans un hôtel discret. Le début d’une double vie. Pas innocente la gamine. Avec mon expérience au lit, révélatrice de l’existence d’une autre femme ou plutôt, d’une maman au foyer. Encore un souvenir culpabilisant… Ce doux foyer trahi par moi, mari et père peu scrupuleux.
Mes enfants, Pierre et Adèle, deux anges jusqu’à douze ans. La suite, deux adolescents aux rapports conflictuels vis-à-vis de leurs parents. Témoins de mon adultère au hasard d’une rue. Heureusement, en âge de raison. Deux innocents marqués à tout jamais, plus tristes pour leur mère que pour leur propre avenir.
Malheureusement pour moi, une maîtresse pleine de vie. Jeunesse fougueuse et assoiffée d’argent et de plaisirs. Un week-end en amoureux dans une station balnéaire. Deux jours d’amour et d’eau fraîche à l’insu de ma femme. Pour cette dernière, travail et labeur d’un mari soucieux pour son ménage. Un petit tour au casino et me voici en compagnie d’une joueuse invétérée. Un salaire insuffisant pour l’entretien d’une famille et d’une accroc du jeu. Des dettes insolvables, un jeune blanc bec, beau parleur et… Plus de joli minois, sauf de temps en temps, pour de l’argent perdu à la roulette contre quelques minutes de plaisir. Jusqu’au jour où, moi, une éponge à dette ? Refus catégorique de ma pauvre personne. Résultat : une tentative de chantage du couple diabolique. Un coup de fil menaçant avec une rencontre à la clef, dans un parc. Une enveloppe en main propre. À l’intérieur, des photos compromettantes. Peur de perdre ma femme et ma maison, quelle solution miraculeuse pour une telle situation ?
Mon meilleur ami au courant, quelques conseils autour d’un verre, à son domicile. Un premier rendez-vous en toute discrétion dans un bar louche,. Un peu d’argent contre un pistolet volé au numéro de série effacé. Second rendez-vous un soir dans les bois avec un sordide règlement de comptes comme projet pour le machiavélique maître chanteur. Méfiant et prévoyant, le coco de ma grande métisse. Pas le temps de… Coups de poings et de pieds entre nous autour de l’arme tombée sur le sol. Bien plus rapide qu’un vieux comme moi, le gamin, l’arme à la main. Un seul coup de revolver dans le buffet, du sang partout sur mes vêtements. Voilà ! Cette grande boîte humide et pourrissante, dernier logis pour mon corps vidé de toute trace de vie. Triste fin pour un triste sire. Souvenirs d’une âme fautive à jamais égarée. Dernière marche franchie.


Publié le 11 juin 2014

0 vote



L'auteur

Michel Baudry

Âge : 53 ans
Situation : Marié(e)
Localisation : les Brouzils (85) , France
Profession : Professeur de Guitare & é
Voir la fiche de l'auteur