Connexion à la source


Encore une nuit vaporeuse… Autour de moi, juste quelques vagues d’incertitude et l’effervescence orageuse de la pluie. Tellement seul, désespérément perdu parmi tous ces vœux abandonnés au seuil de l’attente... Seul, mais toujours en compagnie de cette ombre envahissante, frissonnante, aliénante !
Tout d’un coup, me voilà propulsé par une onde magnétique fulminante jusqu’aux confins de l’univers. Bien sûr, le mystère le plus total au–dessus de ce désert sidéral, avec en prime, une terrible danse endiablée entre les métaux, le feu, et la magie de l’eau. Soudain, de l’air, mais très déchiré et par moment assez lourd, comme un vieux phénix égaré, pas encore réveillé.
Après une brève activation du portail, enfin de retour chez moi. Quelle évasion illusoire ! Certainement encore un rêve étrange, élaboré par mon subconscient, par mon désir de connexion à d’autres mondes, à un autre espace-temps, sur une autre fréquence…
Ici –bas, seulement les bruits sordides d’une ambulance ainsi que les étincelles de mon désespoir palpable à chaque feu rouge.
-  Maman ! Maman ! – mais que des cris sans réponse…
Devant moi, l’image surprenante de cette fusion cosmique entre l’atome et la lumière première, la cohésion tant attendue entre mon esprit et la matrice :
-  Maman, me voilà maman, ma petite maman aux yeux si brillants, aux mains si tremblantes, pourquoi maman, pourquoi maintenant ? Maman, pourquoi encore ce bruit de l’ambulance ? Maman, pourquoi cette peur si dévorante, si lancinante ? - des cris étouffés, des cris lancés comme une bouteille à la mer…
Aucune réponse de maman. Aucune réponse de nulle part. Le vide total, la fin.
« Le voilà hors danger maintenant » – des mots prononcés par ces gens inconnus placés derrière mes tubes d’oxygène…un hôpital effrayant…une salle d’opération ensanglantée…des chirurgiens fatigués, somnolents …des masques habituels et surtout des bistouris enfoncés dans nos vies, mais plus aucune trace de maman et de son rire cristallin…
-  Maman, pourquoi ce voyage au cœur de l’infini ?
À nouveau cette virevoltante invasion de la vibration initiale…
-  Maman ?


Publié le 28 mai 2014

3 votes



L'auteur

Tony Hemery

Âge : 48 ans
Situation : Marié(e)
Localisation : CAnnes (06) , France
Profession : profession paramédicale
Voir la fiche de l'auteur