Souvenirs, souvenirs…


Une image, un visage : ma tante, lors de l’un de ses passe-temps favoris, le tricot. Enfin, pas n’importe quel tricot. Non. Le nec plus ultra, la Roll’s des tricots, le fleuron de la discipline : le jacquard.
Valse de pelotes multicolores comme autant de ballons d’enfants autour de leur chef d’orchestre. Cliquetis des aiguilles dans le silence ouaté de la pièce. Pas de tranquillité, pas de jacquard en effet. Un rang à l’endroit, un rang à l’envers. Un coup d’œil régulier au modèle de référence soigneusement annoté. Une, deux, trois mailles rouges ; puis deux en bleu ; ensuite trois en jaune, de nouveau cinq en bleu, avant le retour du rouge en fin de rang. Travail de fourmi consciencieuse, ouvrière fière de ces graines amassées l’une après l’autre entre ses pattes laborieuses. Tension du fil, ni trop ni trop peu ; tension du fil, attention du maître d’œuvre : tout un art !
Date : 1986 ? A quelques années près sans doute. De toutes façons, quelle importance ? Au diable la nécessité d’une précision d’horloger ! Eternels souvenirs…
Lieu : Une bâtisse de campagne, héritage familial reconverti à peu de frais en villégiature d’été. Vastes pièces aux plafonds bas, lambrissés de bois clair ; fraîcheur, des murs épais comme d’antiques murailles ; chiches fenêtres et pénombre bénie les jours de grande chaleur, tristesse et nostalgie les jours de pluie. Dehors, la cour herbue. Un grand marronnier comme un immense parasol végétal au-dessus des bancs rustiques, fabriqués pour quelques deniers par le grand-père, entre deux de ses séjours au potager, prolifique. Les massifs fleuris, camaïeux de jaunes, roses et blancs, quelques graminées disséminées ça et là : source d’inspiration pour ma tante ?
Des gens sur les bancs, dehors. Mais pas ma tante, cloîtrée dans sa chambre sous les toits, dans son antre créative : pas de distraction, pas d’erreur de comptage, pas de maille perdue, pas de fils emmêlés. Seule. Concentrée. Méditation des aiguilles. Mélopée, mantra des mailles : une rouge, deux bleues puis une jaune, deux rouges, cinq bleues… Au final : illumination cosmique ?
Durée : Selon les motifs, l’humeur, la qualité de la laine ou l’ampleur de l’ouvrage, de un à six mois. Jacquard, apprentissage de la persévérance ainsi que de la patience, tant pour la tricoteuse que pour le destinataire…
Point d’orgue : Dévoilement. Silences. Contemplation. Admiration, exclamations. Essais, déambulations variées. Remerciements réitérés mille et mille fois. Comme une prière. Sourire éblouissant sur le visage de ma tante.
Un paysage comme un voyage tricoté sur les fils de l’existence, entre deux mondes, entre deux aiguilles.
Eternels souvenirs…


Publié le 12 mai 2014

1 vote



L'auteur

Hélène PEQUIGNAT

Âge : 54 ans
Situation : Union libre
Localisation : Montferrat (38) , France
Profession : Eleveuse de papyrus
Voir la fiche de l'auteur