Villégiature


La montagne ! La belle idée. Voilà huit jours que nous sommes coincés dans un studio sans lumière d’une station thermale en vogue figée entre deux parois de sapins ténébreux. Vous parlez d’un point de vue ! Viens, me dit-il, petit déjeuner sur la terrasse et soleil magnifique. J’ai adoré son optimisme : Nous avons bu un café pâle et avalé des biscottes parce qu’il avait oublié d’acheter du pain : 17°C en plein vent, avant la disparition du soleil derrière une paroi rocheuse où planent des vautours et des parapentes. Tellement déprimée, j’ai frôlé la nervite (nervous breakdown).

Ah, vous savez, en ce moment, c’est le grand calme. Mon mari fait de la sculpture et des mots croisés. Occupe-toi, me lance-t-il. Un truc artistique, qui pourrait te faire rêver. Rêver… Moi, la sculpture et les mots croisés, ça me barbe, j’aimerais un peu plus d’action, alors, je suis allé aux thermes pour voir s’il y avait de la place pour me faire épiler les jambes… Après mon peaulissage (lifting) de l’an passé, j’ai pris l’habitude de fréquenter les salons de beauté, manucure par-ci, coiffeur par-là. Mon roman n’avance pas. Il chemine péniblement au gré de mon humeur exécrable, ligne après ligne, une page chasse l’autre. C’est la présence permanente de mon mari qui me trouble. Il cherche à m’énergier (booster) et finalement ne parvient qu’à m’agacer. J’attends le coup de fil qui va me sauver, celui de mon amant, ses promesses, et la date de notre prochain rendez-vous. Plus que deux jours…


Publié le 31 juillet 2014

0 vote



L'auteur

Bernard Mandon

Âge : 69 ans
Situation : Marié(e)
Localisation : Champniers (16) , France
Profession : retraité
Voir la fiche de l'auteur