L.S.D


À cette époque, j’étais chemineur (roady) sur le monstrage (show) d’un groupe de métallistes ( heavy metal) anglais. Chaque soir, j’installais la câlinerie (catering) en coulissage (backstage).
Je préparais des trinques (drinks) à profusion et des grillatons (toasts) en veux-tu en voilà.
C’est fou le peuple qui se pointait à la fin du concert pour le noctiterme (after) : Des affaireurs (businesmen) au bras de clichetonneuses (playmates), des actionnistes (traders) en goguette, des éphébiens (playboys), et la crème de la presse Gainse (Gens, prononcé à la latine : people) qui mitraillait (shootait) à tout va
Moi, j’avais cardiocramé (flashé) pour Lucie (Lucy), la chanteuse. Un diamant, cette fille. Et si haut dans le ciel...
Elle souriait, absente, dans les bras d’un éphébiens (playboy) à qui elle avait accordé une frotteuse (slow). Je savais qu’elle n’était pas heureuse.
J’aurais tellement voulu avoir une "love affaire" (en anglais dans le texte) avec elle. Tellement voulu qu’elle me donne "a rendez-vous"... (en anglais dans le texte.


Publié le 17 juillet 2014

0 vote



L'auteur

Dominique Lemaire

Âge : 70 ans
Situation : Union libre
Localisation : Bellou sur Huisne (61) , France
Profession : Comédien
Voir la fiche de l'auteur