Défi auteur n°3 : Je ne conclus pas, je termine !


Ce troisième défi a une dimension surréaliste qui réclame, de la part des participants, une faculté d’imagination hors norme !
L’objectif consiste à écrire le dernier chapitre d’un livre qui n’existe pas et qui n’existera jamais !

À gagner : un week-end au château de Brillac ainsi que 2 000 points profil pour les 5 premiers candidats sélectionnés.

Dans tous les domaines, il faut savoir sangler un dossier, conclure, mettre tout en œuvre, et c’est une question primordiale dans le cas d’une œuvre littéraire, de finir un livre. C’est d’ailleurs ce qu’il conviendra de faire obligatoirement, dans un cadre collectif, après 20 jours « d’enfermement » dans un site privilégié : parvenir à écrire un livre fini, avec un dernier chapitre !

Le présent défi a, sans conteste, un caractère ludique mais indispensable pour répondre aux attentes de l’Académie Balzac.

Pour relever ce défi, différentes pistes s’offrent à vous.

Consignes :

Dans un premier temps, il vous appartiendra d’imaginer une œuvre romanesque de votre choix : un roman d’aventure, un roman policier, un roman fantastique, un roman avec un sérial killer, un roman sentimental, un roman d’amour ou un roman sur n’importe quel thème de votre choix

Dans un second temps, et selon votre parti-pris initial, vous imaginerez un dénouement, une chute, une fin, un dernier chapitre.

Ce défi est plus complexe qu’il n’y paraît. Et il vous appartiendra, dans les limites de l’espace traditionnel que l’on s’attend à trouver dans le chapitre d’un livre, d’imaginer et d’écrire un dernier chapitre qui serait synonyme d’aboutissement, d’apothéose, de fulgurance finale !

Selon le genre de l’ouvrage que vous aurez imaginé, le dernier chapitre variera du tout au tout. C’est une évidence ! En ce qui regarde un roman policier, par exemple, le dénouement pourra être la découverte d’un coupable qui se révèlera un personnage insoupçonnable au départ ou, au contraire, l’arrestation rocambolesque de l’auteur d’un crime, ce qui mettra fin à une enquête difficile et périlleuse. Toutes les autres hypothèses seront possibles, dès lors qu’il s’agira d’un dernier chapitre ! Dans le cas d’un roman sentimental, après avoir été séparés par la distance ou par des difficultés de vie, le dernier chapitre, pourrait raconter l’histoire de flamboyantes retrouvailles et d’une union tant attendue…

Le seul objectif consiste à écrire un dernier chapitre, saisissant, captivant, inattendu, ou souhaitable, avec tous les ingrédients qui permettent de terminer un livre dans le registre que vous aurez choisi !

Habité par la certitude que vous parviendrez à relever ce troisième défi, que cette croisière dans l’imaginaire vous permette d’écrire le dernier chapitre d’un livre qui n’existe pas et qui n’existera jamais !

Résultats :

Une nouvelle fois, ce 3e défi démontre la qualité d’écriture des auteurs candidats à l’Académie Balzac. Bravo à tous !
Mais le défi d’écrire un dernier chapitre était très difficile et beaucoup de textes s’apparentent plus à des nouvelles qu’à des épilogues.
Ainsi les gagnants ne sont pas forcément les plus beaux textes ou les plus inventifs mais clairement ceux qui arrivent à nous donner envie de découvrir le livre qu’ils terminent.

À ce titre le texte de Pierre Bannier est tout à fait exemplaire et mérite de remporter ce dernier défi.

Voici donc les résultats de ce troisième défi :

Le grand gagnant du défi n°3 : "Je ne conclus pas, je termine !" est Pierre Bannier pour son texte En guise d’élégie. Il remporte un week-end au château de Brillac ainsi que 2 000 points sur son profil.

Les 4 autres candidats remportant 2 000 points sont :
2 - Sandra Rastoll pour A vif
3 - Joanne Richoux pour Jolene
4 - Jean-Baptiste Messier pour L’impossible retour
5 - Ndje Man Dieudonné François pour Les cendres d’un grand amour

Félicitations à tous les candidats ayants participé à ces défis et à très vite pour la suite de l’aventure !


Les auteurs ont répondu

Écrit par Lea Golder, le 27 août 2014
0 vote

In Utero

Monsieur le président, madame et monsieur les assesseurs, mesdames et messieurs du jury, vous avez à juger le professeur Michel Miracle, fondateur de l'île d'Utero, sorte de clinique sous bulle en apesanteur soi-disant adaptée à ses résidents souffrant d'une maladie génétique rare, se caractérisant par une mémoire corporelle intacte de la vie intra-utérine, et les rendant par conséquent totalement inaptes à la vie en contexte classique du fait de leur hyper-sensitivité aux sons, aux odeurs, à la…
Écrit par Ketty Millet, le 26 août 2014
0 vote

De l'océan à la Méditerranée

Deux mois de navigation à travers l'estuaire de la Gironde et les canaux, celui latéral à la Garonne et celui du midi, pour enfin arriver à la grande bleue. Les écluses, innombrables, étaient oubliées face à l'immense, majestueuse mer Méditerranée. Je me l'imaginais comme un miroir, au moins durant l"été. Mes lectures m'avaient raconté de trop nombreuses tempêtes pour oublier ses possibles turbulences. Elle était là, bleue sombre, turquoise prêt des côtes; calme et pourtant prête à se soulever au moindre…
Écrit par Sarah Berti, le 25 août 2014
0 vote

Une petite voix dans la nuit

L’inspecteur Garciano sentit qu’il touchait au but. Il frappa à la porte d’un geste décidé, le poignet tendu, prêt à la bataille. Un tintamarre de pas rapides, des cris, un déverrouillage lent, puis le battant s’écarta, et l’inspecteur resta figé, le poing en l’air, interdit. Il avait poursuivi un hypothétique tueur en série, fouillé les bases de données recensant les ravisseurs d’enfants, envisagé les pistes psychopathes et il se retrouvait devant cela : une femme, toute frêle, les cheveux gras en désordre…
Écrit par Josseline COY, le 25 août 2014
0 vote

De pansus penseurs ! Chapitre 51

Après les divers rebondissements et découvertes des semaines précédents et au lendemain d'une perturbante journée, tôt ce matin, César ouvre la fenêtre de son studio au dernier étage. Sur l'immense palette céleste l'aube mêle l'aigue-marine, le girasol, le saphir jaune au spinelle et tend une toile sur laquelle se superposent des restes de givrures de la nuit. Plus en dessous Paris flotte dans du coton écru. Tour à tour ses flèches, coupoles, clochers s'estompent dans une brume évanescente la rendant…
Écrit par Laurent FATET, le 25 août 2014
0 vote

Dernière plaiedoirie

C’est par la traboule de la rue du Bœuf que Julien pénétra dans la cour intérieure qui était alors plongée dans une noirceur paisible. Quatre heures du matin était la bonne heure pour être au calme. Toujours avec lenteur et silence, il s’avança jusque devant le portique des caves. Il désolidarisa son sac de son dos puis, en sortit une combinaison noire, ainsi que des gants et des petits chaussons en pololyéfine, qu’il s’empressa d’enfiler. Discrètement, dans ce coin sombre, il enfouit ses vêtements dans…
Écrit par BRUNANDIERRE, le 25 août 2014
0 vote

LA CHUTE DU RACISME

Au soir de ma vie les souvenirs envahissent mon esprit. Que de bonheur partagé, de moments d'égarement mon fils, de moments de peine et d'égoïsme. Je me souviens de ta mère qui hélas trop tôt nous a quittés, nous laissant seul face aux dangers de la vie. Cette femme admirable, la seule qui est comptée dans ma vie de puritain blanc. Une déesse aux cheveux d'or, balançant sa crinière au gré du vent, répondant d'un sourire aux flatteries des hommes sur notre passage, les laissant fantasmer de posséder son…
Écrit par Magali Aïta, le 25 août 2014
1 vote

Une fugue au goût de sel

Épuisées, alternant crises de rires et de larmes, Anna et Elsa s’accordent une pause à l’ombre d’un bosquet. Le bruit du chassé-croisé de ce dernier week-end de juillet couvre le chant des cigales. Comment veux-tu que quelqu’un s’arrête pour nous, regarde à quoi nous ressemblons : des sorcières ! Les quinze jours de fugue ont eu raison de leurs tenues de rechange. Anna sent sous ses aisselles et écœurée lui répond : Avec les odeurs qui vont avec… Je te dis que nous n’y arriverons jamais. Ce truc-là, ce…



Participez au défi

Défi terminé

Ce défi est terminé depuis le 31 août 2014.
Restez attentifs ! D'autres défis sont à venir !

Cordialement,
L'équipe d'Académie Balzac