Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »


« Do you speak encore français ? », c’est ainsi que Le Parisien titrait son article du 9 décembre 2013 dénonçant la multiplication des anglicismes dans notre langue. Les termes anglais colonisent le langage informatique, le monde des affaires, investissent la publicité, la télévision, la radio et les cours de récréation.
Aussi il nous faut continuer à promouvoir la langue française pour endiguer cette mode qui met à mal la langue de Molière !

Nous vous lançons le défi d’inventer au minimum 3 mots qui remplaceront dans notre langue française les anglicismes du quotidien.

Ce deuxième défi que nous vous soumettons est parrainé par Keith Spicer, ancien Commissaire aux langues officielles du Canada, président du CRTC (instance de régulation de la radio-TV et télécommunications) de 1989 à 1996, ancien animateur de la télévision canadienne dans son émission Les Invités de Keith Spicer et ancien rédacteur en chef du Ottawa Citizien. Auteur de « Bulles fatales », la langue française lui tient à cœur.

À gagner : un week-end au château de Brillac en avant-première ainsi que 2 000 points profil pour les 5 premiers candidats sélectionnés.

La richesse de notre langue française repose sur l’invention intensive de nouveaux mots au XVIe siècle. En août 1539, le roi François Ier édicte L’ordonnance de Villers-Cotterêts qui instaure la primauté et l’exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique de France. 10 ans après parait l’ouvrage « Défense et illustration de la langue française » écrit par le poète Joachim du Bellay, ouvrage qui sera considéré comme le manifeste des poètes de la Pléiade. Du Bellay veut faire de la langue française « barbare et vulgaire » une langue élégante et digne. Pour ce faire, il prône l’enrichissement de la langue française via l’imitation des auteurs anciens et critique la traduction qui ne permet pas de rendre compte de la richesse de l’œuvre originale. Les auteurs de la Pléiade se lancent alors dans une création effrénée, créent de nouveaux modes de formation avec juxtaposition adjectivale (doux-utile, aigre-doux), verbale (ayme-musique), la formation de noms à partir d’infinitifs (tels que le chanter, le mourir, le vivre, le savoir), la suffixation ou préfixation (contre-cœur, nombreux diminutifs comme mignonelettte, doucelette, etc.) dont certains éléments n’existent pas de façon autonome : monologue n’est pas un mot grec mais un mot français de la Renaissance !

Depuis 1994, il existe même une loi relative à l’emploi de la langue française, la loi Toubon, destinée à protéger le patrimoine linguistique français en enrichissant la langue, rendant obligatoire l’utilisation du français et visant à assurer la primauté de l’usage de termes francophones traditionnels face aux anglicismes.
« Il convient d’être pragmatique : une langue n’est pas un organisme fossilisé. En revanche, il est avéré que l’usage du franglais, le mélange des deux langues, est source de confusion, de désinformation et donc d’appauvrissement matériel. » Le Figaro, Le franglais nuit gravement à la santé de l’économie, le lundi 17 mars 2014.

Pourquoi ne pas suivre alors l’exemple des Québécois qui remplacent le « Stop » sur les panneaux routiers par « Arrêt » ?

Consignes :

Vous devez inventer au minimum 3 mots se basant sur des anglicismes utilisés fréquemment dans notre langue française et les insérer dans un court texte de 1 500 signes maximum.
Pensez à nous indiquer les anglicismes sur lesquels vous avez planché !
Pour vous inspirer voici une liste du top 50 des anglicismes les plus couramment utilisés :
- Un prime-time
Plutôt qu’une heure de grande écoute.
- Un airbag
Plutôt qu’un coussin gonflable de sécurité.
- Un after-work
Plutôt qu’un petit pot entre amis après le travail.
- Checker
Plutôt que les "vérifier".
- Du marketing
Plutôt que mercatique.
Découvrez plus de mots ici...

Résultats :

Vous avez été 77 à participer à ce deuxième défi de l’Académie Balzac, et ce qu’on peut dire c’est qu’il était loin d’être simple !

Vous avez été nombreux à éprouver des difficultés face à la contrainte de trouver des néologismes pour remplacer les anglicismes du quotidien.
Cependant nous avons passé de très bons moments à lire vos textes et inventions nous faisant parfois voyager dans des mondes fantasques à la Boris Vian.

Voici donc les résultats de ce deuxième défi :

Le grand gagnant du défi n°2 : "Do you speak encore français ?" est Pierre Paul Nelis pour son texte Les « Franglaises » ! Il remporte un week-end au château de Brillac ainsi que 2 000 points sur son profil.

Les 4 autres candidats remportant 2 000 points sont :
2 - Joanne Richoux pour Sans titre
3 - OCTOGRAPHE_4 pour Le poulet du boulet
4 - Roger Constantin pour L’ombre du fantôme
5 - Léa Golder pour Bienvenue dans l’univers féérique de la cupidité

Félicitations à tous et à très vite pour le troisième et ultime défi de l’Académie Balzac avant la sélection par le jury des 20 écrivains qui intégreront le Château de Brillac.


Les auteurs ont répondu

Écrit par Claude JANVIER, le 7 juillet 2014
0 vote

La langue française bien de chez nous

Comme tous les jours, les deux amis se retrouvaient à la terrasse du café, à l'ombre des platanes. Quoi rêver de mieux qu'une température idéale pour refaire le monde en ce début de matinée ? Deux caoua s'il vous plaît. Mot arabe signifiant café qui est entré dans la langue française. Comme toubib d'ailleurs. Incroyable n'est-ce pas ? Et oui, les langues évoluent en partie avec la mixité des peuples. Sandwich par exemple vient de John Montagu 4e Comte de la ville de Sandwich en 1765. On pourrait…
Écrit par YVES CORNUDET, le 7 juillet 2014
0 vote

Art con-temporain !

Un homme entre dans une galerie d’art, s’arrête devant une grande toile toute blanche avec une petite trace qui semble noire et se lance dans une longue diarrhée verbale : - Quel bouleversant sentiment de la fragilité de l’être est exprimé par ce peintouillage (matte-painting) pseudo-classique qui surfe sur un paradoxal vent de modernisme et de réalité extra-temporelle ! Mais, admirez donc ce fabuleux coup de pinceau, du pur génie que d’éliminer toutes formes et toutes couleurs dans une…
Écrit par Gérard Muller, le 7 juillet 2014
0 vote

L'affairange arrosé

Quand il apprit la nouvelle, Jean sauta dans son bureauvole. Il fallait qu’il soit le premier à rencontrer cette bourgeonette. L’idée était géniale. Personne n’y avait pensé avant : pas même son labo-idée. L’inventeur voudrait certainement être payé en liquargent : deux millions de dollars. Rien à côté des royaledevances que Jean allait pouvoir générer. Un logiciel capable d’écrire des succès-livres à la demande ! Les algorithmes triaient l’ensemble des faits divers stockés dans sa mémoire pour concevoir le…
Écrit par Théophile Marcelin, le 5 juillet 2014
0 vote

À LA GRAFFEUSE

Lors d'un spectacle d'art urbain à Paris, Stepphy fait la rencontre de Oghey et Elton, deux danseurs jamaïcains, venus de Londres tout comme elle. L'événement a lieu au parc des expositions durant tout un WENDIQUE (weekend). Stepphy est artiste-peintre et graffeuse. Elle dessine et expose ses oeuvres dans un AUPIET (stand) qui attire la foule notamment les deux danseurs de À CHIPPER À CHOPPER (hiphop). Le soleil manque sur Paris, le ciel est gris. Stepphy apporte un peu de couleurs aux nombreux…



Participez au défi

Défi terminé

Ce défi est terminé depuis le 31 juillet 2014.
Restez attentifs ! D'autres défis sont à venir !

Cordialement,
L'équipe d'Académie Balzac