Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »


« Do you speak encore français ? », c’est ainsi que Le Parisien titrait son article du 9 décembre 2013 dénonçant la multiplication des anglicismes dans notre langue. Les termes anglais colonisent le langage informatique, le monde des affaires, investissent la publicité, la télévision, la radio et les cours de récréation.
Aussi il nous faut continuer à promouvoir la langue française pour endiguer cette mode qui met à mal la langue de Molière !

Nous vous lançons le défi d’inventer au minimum 3 mots qui remplaceront dans notre langue française les anglicismes du quotidien.

Ce deuxième défi que nous vous soumettons est parrainé par Keith Spicer, ancien Commissaire aux langues officielles du Canada, président du CRTC (instance de régulation de la radio-TV et télécommunications) de 1989 à 1996, ancien animateur de la télévision canadienne dans son émission Les Invités de Keith Spicer et ancien rédacteur en chef du Ottawa Citizien. Auteur de « Bulles fatales », la langue française lui tient à cœur.

À gagner : un week-end au château de Brillac en avant-première ainsi que 2 000 points profil pour les 5 premiers candidats sélectionnés.

La richesse de notre langue française repose sur l’invention intensive de nouveaux mots au XVIe siècle. En août 1539, le roi François Ier édicte L’ordonnance de Villers-Cotterêts qui instaure la primauté et l’exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique de France. 10 ans après parait l’ouvrage « Défense et illustration de la langue française » écrit par le poète Joachim du Bellay, ouvrage qui sera considéré comme le manifeste des poètes de la Pléiade. Du Bellay veut faire de la langue française « barbare et vulgaire » une langue élégante et digne. Pour ce faire, il prône l’enrichissement de la langue française via l’imitation des auteurs anciens et critique la traduction qui ne permet pas de rendre compte de la richesse de l’œuvre originale. Les auteurs de la Pléiade se lancent alors dans une création effrénée, créent de nouveaux modes de formation avec juxtaposition adjectivale (doux-utile, aigre-doux), verbale (ayme-musique), la formation de noms à partir d’infinitifs (tels que le chanter, le mourir, le vivre, le savoir), la suffixation ou préfixation (contre-cœur, nombreux diminutifs comme mignonelettte, doucelette, etc.) dont certains éléments n’existent pas de façon autonome : monologue n’est pas un mot grec mais un mot français de la Renaissance !

Depuis 1994, il existe même une loi relative à l’emploi de la langue française, la loi Toubon, destinée à protéger le patrimoine linguistique français en enrichissant la langue, rendant obligatoire l’utilisation du français et visant à assurer la primauté de l’usage de termes francophones traditionnels face aux anglicismes.
« Il convient d’être pragmatique : une langue n’est pas un organisme fossilisé. En revanche, il est avéré que l’usage du franglais, le mélange des deux langues, est source de confusion, de désinformation et donc d’appauvrissement matériel. » Le Figaro, Le franglais nuit gravement à la santé de l’économie, le lundi 17 mars 2014.

Pourquoi ne pas suivre alors l’exemple des Québécois qui remplacent le « Stop » sur les panneaux routiers par « Arrêt » ?

Consignes :

Vous devez inventer au minimum 3 mots se basant sur des anglicismes utilisés fréquemment dans notre langue française et les insérer dans un court texte de 1 500 signes maximum.
Pensez à nous indiquer les anglicismes sur lesquels vous avez planché !
Pour vous inspirer voici une liste du top 50 des anglicismes les plus couramment utilisés :
- Un prime-time
Plutôt qu’une heure de grande écoute.
- Un airbag
Plutôt qu’un coussin gonflable de sécurité.
- Un after-work
Plutôt qu’un petit pot entre amis après le travail.
- Checker
Plutôt que les "vérifier".
- Du marketing
Plutôt que mercatique.
Découvrez plus de mots ici...

Résultats :

Vous avez été 77 à participer à ce deuxième défi de l’Académie Balzac, et ce qu’on peut dire c’est qu’il était loin d’être simple !

Vous avez été nombreux à éprouver des difficultés face à la contrainte de trouver des néologismes pour remplacer les anglicismes du quotidien.
Cependant nous avons passé de très bons moments à lire vos textes et inventions nous faisant parfois voyager dans des mondes fantasques à la Boris Vian.

Voici donc les résultats de ce deuxième défi :

Le grand gagnant du défi n°2 : "Do you speak encore français ?" est Pierre Paul Nelis pour son texte Les « Franglaises » ! Il remporte un week-end au château de Brillac ainsi que 2 000 points sur son profil.

Les 4 autres candidats remportant 2 000 points sont :
2 - Joanne Richoux pour Sans titre
3 - OCTOGRAPHE_4 pour Le poulet du boulet
4 - Roger Constantin pour L’ombre du fantôme
5 - Léa Golder pour Bienvenue dans l’univers féérique de la cupidité

Félicitations à tous et à très vite pour le troisième et ultime défi de l’Académie Balzac avant la sélection par le jury des 20 écrivains qui intégreront le Château de Brillac.


Les auteurs ont répondu

Écrit par Mony Vibescu, le 10 juillet 2014
0 vote

Homo Publicis.

Le publicitaire, animal fascinant, qui tel le bonobo partage l'essentiel du patrimoine génétique de notre espèce. Assoupi, on le jurerait humain, mais dès qu'il soliloque, avec son oreillette sans fil, son costume sans cravate et sa barbe de trois jours bien taillée, on voit bien qu'il n'en est rien. C'est une créature bionique, un être augmenté. Un de mes amis est publicitaire ; lui se définit comme « créatif ». Un phrénologue, espèce heureusement éteinte, lui eût trouvé la bosse du commerce. Il n'a…
Écrit par Martine Lozano, le 9 juillet 2014
0 vote

Le bonheur

Le bonheur Je réalise un sospect sur la scène du café de la gare ,situé à Paris ville de Lumièers, d'art et de sospects, c’est une redapt d’une réalisation , née à New York ville d'art , il y a déjà plusieurs années d’un auteur très connu qui a réalisé plusieurs clusives. La clusives est une fusion de plusieurs danses comme par exemple le flamenco , la danse orientale , le tango et la salsa ainsi qu'une touche de danses africaines. J’y ai mis ma touche personnelle, la dansieuce est grande et…
Écrit par philippe LARUE, le 9 juillet 2014
0 vote

The show must go on

Je travaillais dans une maison d'artistes où j'avais un Artlette. Nous étions un groupe où les différents arts y étaient exprimés. Parmi nous, Carole menait une double vie. La nuit, elle était une Performeuse dans une boîte d'Automne nu. Notre maison d'artistes était Futart. Alceste était notre sculpteur attitré, un dingue des nouvelles technologies qu'ils utilisaient dans ses œuvres. Philippe était un écrivain contemplatif de la des jeux de mots. Sans cesse à la recherche de nouveaux styles d'écritures.…
Écrit par MARYLOU RUTER-VENTURA, le 9 juillet 2014
1 vote

LETTRE DE MISSION : REMERCIEMENTS

M. le Président du Club des Jeunes Mon premier mot ; c'est de vous remercier. Vous m'avez nommé Ambassaforce (Leadersip, influence d'un individu sur un groupe ; Ambassadeur visionnaire), malgré mon jeune âge. Je vous rappelle que je viens d'avoir tout juste 14 ans il y a 2 semaines. Voilà ! Je tacherai de faire de mon mieux, afin d'honorer et de porter dignement ce titre qui exige droiture et discipline. En signant cet engagement de diriger ce groupe ; j'ai tout de suite compris ce que vous…
Écrit par Gérald Moutet, le 8 juillet 2014
0 vote

Sacré défi pour le selfie à l'happy hour de la garden party!

Ce défi, ou chalenge de l’Ancien Français et non challenge prononcé à l’anglaise pour la recherche d’une préciosité mondaine (snobisme people), complaisamment usité par une frange de gens voulant à tout prix se démarquer de ceux qu’ils considèrent comme moins lettrés, ce chalenge, dis-je, nous fait glisser et non surfer sur les méandres de la langue française. À Marseille, on aime bien les Parisiens, lorsqu’ils parlent la bouche en cul-de-poule, l’accent aussi pointu que le clocher de Notre-Dame de la…
Écrit par Stéphanie Bénoliel, le 8 juillet 2014
5 votes

François or not François

10 avril 22h45 Je m’appelle François. Toujours au bureau, depuis 7h30, occupé depuis des heures à mettre en application les modifications apportées au projet. Les décideurs qui jouent aux contremaîtres des travaux finis lors de la bilantisation(débriefing), je connais ! J’ai été emporté par le tourbillon de la réussite. Piégé par la frénétiquobédience(addiction) au pouvoir, à l’argent, et aspiré par le désir d’aller toujours plus haut. Mon téléphone technoavancé(hight tech) vibre. Je dicte un message…
Écrit par Claudine-Raiso MARTINOD, le 7 juillet 2014
0 vote

" William, J'ai 3 mots à vous dire "

Oui c'est à vous que je m'adresse William, j'ai des mots nouveaux pour vous séduire. Vous qui visez à préserver notre langue en rejetant les intrus. Chaque jour à 6h 30 en pleine FOULACTION, je vous regarde et je vous dis : "non vous n'êtes pas ANCETRIAL et je préfère de loin passer quelques heures avec vous plutôt que devant un FROUSSEUR ! Pendant que certains pratiquent le PODOCOURSE, je me délecte de votre vocabulaire devant mon petit déjeuner. Une dernière chose pour vous rassurer ; vous n'êtes…
Écrit par Krystin Vesterälen, le 7 juillet 2014
11 votes

Les quatre saisons

Les quatre saisons Dame Nature, dans sa beauté créatrice, contemple son œuvre et découvre avec stupeur les fureurs du ciel, les ravages des orages, les fusées éclairantes des éclairs, la joie du petit ruisseau, la grandiloquence de l’océan et la fatuité des montagnes. Entre le blanc de la neige et le noir de la terre un manteau irisé des couleurs de l’univers lui fait croire à la beauté de son œuvre. C’était sans compter sur les instandances de tous les animaux. En effet, trouvant le dictat trop pesant pour…



Participez au défi

Défi terminé

Ce défi est terminé depuis le 31 juillet 2014.
Restez attentifs ! D'autres défis sont à venir !

Cordialement,
L'équipe d'Académie Balzac