Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »


« Do you speak encore français ? », c’est ainsi que Le Parisien titrait son article du 9 décembre 2013 dénonçant la multiplication des anglicismes dans notre langue. Les termes anglais colonisent le langage informatique, le monde des affaires, investissent la publicité, la télévision, la radio et les cours de récréation.
Aussi il nous faut continuer à promouvoir la langue française pour endiguer cette mode qui met à mal la langue de Molière !

Nous vous lançons le défi d’inventer au minimum 3 mots qui remplaceront dans notre langue française les anglicismes du quotidien.

Ce deuxième défi que nous vous soumettons est parrainé par Keith Spicer, ancien Commissaire aux langues officielles du Canada, président du CRTC (instance de régulation de la radio-TV et télécommunications) de 1989 à 1996, ancien animateur de la télévision canadienne dans son émission Les Invités de Keith Spicer et ancien rédacteur en chef du Ottawa Citizien. Auteur de « Bulles fatales », la langue française lui tient à cœur.

À gagner : un week-end au château de Brillac en avant-première ainsi que 2 000 points profil pour les 5 premiers candidats sélectionnés.

La richesse de notre langue française repose sur l’invention intensive de nouveaux mots au XVIe siècle. En août 1539, le roi François Ier édicte L’ordonnance de Villers-Cotterêts qui instaure la primauté et l’exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique de France. 10 ans après parait l’ouvrage « Défense et illustration de la langue française » écrit par le poète Joachim du Bellay, ouvrage qui sera considéré comme le manifeste des poètes de la Pléiade. Du Bellay veut faire de la langue française « barbare et vulgaire » une langue élégante et digne. Pour ce faire, il prône l’enrichissement de la langue française via l’imitation des auteurs anciens et critique la traduction qui ne permet pas de rendre compte de la richesse de l’œuvre originale. Les auteurs de la Pléiade se lancent alors dans une création effrénée, créent de nouveaux modes de formation avec juxtaposition adjectivale (doux-utile, aigre-doux), verbale (ayme-musique), la formation de noms à partir d’infinitifs (tels que le chanter, le mourir, le vivre, le savoir), la suffixation ou préfixation (contre-cœur, nombreux diminutifs comme mignonelettte, doucelette, etc.) dont certains éléments n’existent pas de façon autonome : monologue n’est pas un mot grec mais un mot français de la Renaissance !

Depuis 1994, il existe même une loi relative à l’emploi de la langue française, la loi Toubon, destinée à protéger le patrimoine linguistique français en enrichissant la langue, rendant obligatoire l’utilisation du français et visant à assurer la primauté de l’usage de termes francophones traditionnels face aux anglicismes.
« Il convient d’être pragmatique : une langue n’est pas un organisme fossilisé. En revanche, il est avéré que l’usage du franglais, le mélange des deux langues, est source de confusion, de désinformation et donc d’appauvrissement matériel. » Le Figaro, Le franglais nuit gravement à la santé de l’économie, le lundi 17 mars 2014.

Pourquoi ne pas suivre alors l’exemple des Québécois qui remplacent le « Stop » sur les panneaux routiers par « Arrêt » ?

Consignes :

Vous devez inventer au minimum 3 mots se basant sur des anglicismes utilisés fréquemment dans notre langue française et les insérer dans un court texte de 1 500 signes maximum.
Pensez à nous indiquer les anglicismes sur lesquels vous avez planché !
Pour vous inspirer voici une liste du top 50 des anglicismes les plus couramment utilisés :
- Un prime-time
Plutôt qu’une heure de grande écoute.
- Un airbag
Plutôt qu’un coussin gonflable de sécurité.
- Un after-work
Plutôt qu’un petit pot entre amis après le travail.
- Checker
Plutôt que les "vérifier".
- Du marketing
Plutôt que mercatique.
Découvrez plus de mots ici...

Résultats :

Vous avez été 77 à participer à ce deuxième défi de l’Académie Balzac, et ce qu’on peut dire c’est qu’il était loin d’être simple !

Vous avez été nombreux à éprouver des difficultés face à la contrainte de trouver des néologismes pour remplacer les anglicismes du quotidien.
Cependant nous avons passé de très bons moments à lire vos textes et inventions nous faisant parfois voyager dans des mondes fantasques à la Boris Vian.

Voici donc les résultats de ce deuxième défi :

Le grand gagnant du défi n°2 : "Do you speak encore français ?" est Pierre Paul Nelis pour son texte Les « Franglaises » ! Il remporte un week-end au château de Brillac ainsi que 2 000 points sur son profil.

Les 4 autres candidats remportant 2 000 points sont :
2 - Joanne Richoux pour Sans titre
3 - OCTOGRAPHE_4 pour Le poulet du boulet
4 - Roger Constantin pour L’ombre du fantôme
5 - Léa Golder pour Bienvenue dans l’univers féérique de la cupidité

Félicitations à tous et à très vite pour le troisième et ultime défi de l’Académie Balzac avant la sélection par le jury des 20 écrivains qui intégreront le Château de Brillac.


Les auteurs ont répondu

Écrit par Emilie Jitiaux, le 1er août 2014
0 vote

Enfin un peu de douceur

Trop de bruit et d'agitation autour de moi. Besoin de me recueillir dans une bulle à l'écart du monde, reprendre un peu contact avec moi-même. J'ai tenu les cinq jours, mais enfin le chic-ouf est là. Pour étouffer les derniers échos de l'extérieur, je lance mon envole-notes. Piquant dans le frigo, je me concocté un énorme croque-tout à m'en mettre l'eau à la bouche. J'attrape un cahier et un crayon, et enfin tout reprend sa place. chic-ouf : week-end envole-notes : playlist croque-tout :…
Écrit par Philippe Dal Molin, le 31 juillet 2014
0 vote

Harry POTTER, démasqué!

Voilà la vérité. Inconcevable, inimaginable et pourtant cruelle pour nos meilleurs ennemis, mais notre honneur est sauf, leur monarque absolu, le viscéral régnant sur nos idiomes respectifs, l'anglicisme est démasqué! Les rouleaux à paroles (Prompteur) tournent à plein régime face au journaliste dont la joie extatique annonce l'exclusionouvelle (Scoop): exit l'intoxication du public, le mensonge corollaire à cette avanie impardonnable enfin débusqué! Mon auteure, de son vrai patronyme "Jeanne…
Écrit par Bernard Mandon, le 31 juillet 2014
0 vote

Villégiature

La montagne ! La belle idée. Voilà huit jours que nous sommes coincés dans un studio sans lumière d’une station thermale en vogue figée entre deux parois de sapins ténébreux. Vous parlez d’un point de vue ! Viens, me dit-il, petit déjeuner sur la terrasse et soleil magnifique. J’ai adoré son optimisme : Nous avons bu un café pâle et avalé des biscottes parce qu’il avait oublié d’acheter du pain : 17°C en plein vent, avant la disparition du soleil derrière une paroi rocheuse où planent des vautours et des…
Écrit par Josseline COY, le 31 juillet 2014
0 vote

FRANCOPHONIE

Riche emgaulepreinte (FRENCH TOUCH) posée sur la planète. Victoire sur la perfide Albion, ses anglicismes sacrilèges ! Art renouvelé, partagé des Belles lettres. Récompense, promesse, immense privilège : ces lectures dévorées d'aubes pâles en grands soirs avec ferveur, impatience, abandon dans des reposoirs ! Géant méli-mots-mélo (SCRABBLE) joué par les inoubliés : CEZAIRE SENGHOR FANON DJEBAR ROLIN DRISS CONFIANT MATELLUS CONDE DIB KATEB KAGAME GLISSANT CHAMOISEAU de l'Orient aux Amériques,…
Écrit par Bristol Bazar, le 30 juillet 2014
0 vote

(1) Selfie – (2) Chat – (3) Blogosphère – (4) Tweet – (5) Twitter

J’envoûte la borne Vélib’ à l’aide de mon sésame et seize tours de roues plus tard, me retrouve rue d’Échignole. Une belle nouvelle journée de fructueux labeur s’annonce ; prenons mon moi-m’aime (1) séance tenante. Je m’admire à l’écran (cheveu, sourire, cravate) quand tout à coup, en arrière-plan, avec à la main une pancarte figurant un émoticône mutin, apparaît la reine d’Angleterre ! Frôlant la syncope, je décide d’appeler Félix, occupé à sa télé-causerie (2) matutinale, pour vérification. Il confirme en…
Écrit par Miet, le 30 juillet 2014
0 vote

LETTRE D'ADIEU

Chère Mademoiselle Quelle joie et quel plaisir ! Vous avez enfin quitté votre fauteuil de conductrice d'hommes -manager- ! Après tant de mois, de jours et de minutes à vous avoir supporter et avoir subi au quotidien votre perversité et votre hargne à détruire tout ce que vous approchiez et qui vous semblait menacer votre petit pouvoir de chef. Nous avons été infantilisés, manœuvrés, manipulés, instrumentalisés, nous sommes devenus dépendants, inaptes à la réflexion, sans projets d’avenir et vous…
Écrit par Murielle Lucie Clément, le 30 juillet 2014
1 vote

Moment de détente

Assise sur le fauteuil massant, je remercie la coiffeuse pour un brosselisse (brushing) très réussi. Une fille sympathique. Elle converse agréablement sur sa famille. Cela me distrait un instant, puis, comme elle n’attend pas spécialement de réponse, je me laisse aller aux mains expertes de la pédicure qui entreprennent mes pieds dociles. Ses histoires laissent entendre son caractère affable. Je consulte mon Chériphone (Smartphone) et les discours de bienvenue m’inondent pour le bufmate (brunch)…



Participez au défi

Défi terminé

Ce défi est terminé depuis le 31 juillet 2014.
Restez attentifs ! D'autres défis sont à venir !

Cordialement,
L'équipe d'Académie Balzac