Comme de l’or


J’aurais aimé garder mon âme d’enfant, faite d’insou-ciance, de rire et d’émerveillement ! Mais par-dessus tout, j’au-rais aimé "rester comme de l’or", tel que le dépeint un magni-fique poème de Robert Frost.
J’y repense quand je me laisse tomber sur la balançoire plantée dans mon jardin. Je saisis les cordes des deux mains et je pousse sur mes jambes pour me donner de l’élan. L’air frais bat mon visage. Le paysage commence à basculer et le ciel m’appelle. Plus haut, plus fort, pour atteindre les nuages et tou-cher l’azur du bout de mes pieds !
Mais la pureté perdue ne se retrouve pas aussi facilement ! Et l’instant magique s’évapore lorsque la poussée s’arrête et que mes pieds retrouvent le sol recouvert de gazon verdoyant. Il faut bien reconnaître, que, même animé des meilleurs senti-ments, il est difficile de conserver longtemps la sensation de se retrouver comme un enfant, de ne pas poser son regard d’adulte sur l’Autre, de réserver son jugement.
L’insouciance a disparu depuis longtemps, les rires se font plus rares et les moments d’émerveillement ne concernent que les sourires de nos propres enfants. La pureté dérange telle-ment ceux dont l’âme s’est laissé noircir par les plus bas et les plus vils sentiments, qu’ils agressent constamment ceux dont l’âme a su conserver l’innocence originelle.
Pourtant, il arrive parfois que la magie opère de nouveau. Ainsi, sans s’y attendre, mon esprit s’apaise et, je peux encore goûter aux délices de regarder ceux qui m’entourent avec mes yeux d’enfant. Je me rends compte alors qu’ils étaient pétris de candeur mais en découvrant leur passé, je comprends ce qui a altéré leur âme d’enfant.
L’or n’est en rien éternel…


Publié le 7 octobre 2014

239 votes



L'auteur

Sandra Rastoll

Âge : 49 ans
Situation : Union libre
Localisation : VALDEBLORE (06) , France
Profession : COMPTABLE/ECRIVAIN
Voir la fiche de l'auteur