Article : LES DERNIERS SERONT LES PREMIERS


Les derniers seront les premiers dans l’Evangile selon St Mathieu. Voilà un enseignement sur lequel je me suis toujours appuyé grâce à l’éducation que ma mère m’a donné, et à force de l’avoir lu et entendu plusieurs fois quand j’étais un peu plus jeune. Cette réplique résonne dans ma tête encore aujourd’hui dans ma tête comme si une voix divine ne cessait de me le rappeler dans le petit bonhomme de chemin que je traverse depuis toutes ces années. Nous avons tous un idéal ; celui de progresser, d’évoluer, et qu’importe les voies que nous empruntons. Le souci, c’est qu’il n’y a pas de place pour tout le monde et de ce fait, nombreux sont prêts à servir d’obstacles pour d’autres sur la route du bonheur, la route de la réussite, la route vers la gloire. Tous autant que nous sommes, nous n’avons pas les mêmes chances alors chacun se bat avec ses armes pour faire face aux difficultés qui se présenteront, avec lespoir de continuer à marcher, et ne pas crever.

Moi, je suis de cette minorité à qui l’on ne fait aucune faveur. Issue d’une famille monoparentale où la chef de famille n’avait pas moins de 3 enfants à charge, et près de dix heures de travail qui pesaient chaque jour dans son organisme, il a fallu que je fasse preuve de force, d’intelligence, et de courage pour montrer que j’avais ma place dans l’école privée que je fréquentais, dont les frais de scolarité nous étaient exonérés dû à notre pauvreté. Il a fallu que je sois un aîné protecteur auprès de mes petites sœurs. Il a fallu que je prouve à mes camarades et mes enseignants que j’étais un enfant brillant. Dans le regard des autres, j’étais noir, fils de pauvre dame, un enfant de quartier défavorisé. Je ne pouvais pas changer ça mais je ne voulais surtout pas être la risée de tout le monde.

Je n’en veux pas enfants qui me montraient du doigt, qui me disaient je n’étais rien et qu’ils étaient mieux que moi. Je me suis servi de toute cette peine pour me promettre un jour d’apporter la meilleur des réponses.

Avec beaucoup de recul aujourd’hui, tout n’a pas été facile. J’ai énormément souffert. Dans ce chemin qui est le mien, je pourrais dire que je suis l’homme noir à qui en a vu de toutes les couleurs. J’ai montré certaines faiblesses mais je n’ai jamais abdiqué. Et pour revenir sur la réplique principale de ce récit, je suis fier de me dire que je reviendrais en tant qu’auteur dans mon école primaire, reçu par la sous-directrice toujours en activité. J’ai encore beaucoup de chemin à parcourir, mais le simple fait de savoir qu’un de ses anciens élèves(pas n’importe lequel)s’est découvert une passion dans l’écriture, participant même à de grands concours littéraires, elle en sera ravie. Je suis devenu un adulte et bien que ces souvenirs me ramènent en l’enfance, je continue de vivre comprenant que la discrimination, la jalousie, l’hypocrisie me suivront encore longtemps.

J’aimerais dédié ce texte à une auteure qui a passé avec moi un concours littéraire, qui a passé son temps à me montrer du doigt, me dénigrer, qui ne perdait pas son latin quand il s’agissait de faire remarquer inutilement comme une gamine dans une cour de récréation criant « c’est moi la meilleure, c’est moi la plus belle », et qui sous-entendait que je n’étais qu’une erreur de casting. Je souhaite lui apporter mes sincères salutations suite à son élimination du concours. Il semblerait que le jury ait préféré mon travail plutôt que le sien (comme quoi)...

Elle n’a pas assumée de venir s’excuser pour les propos infantiles qu’elle m’a tenu ouvertement ce jour qu’elle n’imaginait pas comme la veille de son départ ; elle avait tracé peut-être un peu trop vite son parcours vers la victoire. Elle s’est prise dans son propre piège ; un « esprit de compétition » là où l’ensemble des auteurs du concours pensait « esprit d’équipe ». Je souhaite bien de choses à cette correctrice en maison d’édition autant dans sa vie personnelle que professionnelle, spécialiste dans l’écriture de nouvelles disait-elle.

Je suis curieux de savoir ce qu’elle pensera de ce récit, et quelles seront les corrections qu’elle apportera à celui-ci.
Après tout ce n’est que de l’humour, ne dit-on pas que le sort procède souvent par ironie ?
Disons alors qu’elle a pris la porte de la sortie et moi je men suis sorti...

Mathieu 20:16 ainsi LES DERNIERS SERONT LES PREMIERS

Théophile Marcelin TEHE


Publié le 12 octobre 2014

0 vote



L'auteur

Théophile Marcelin

Âge : 34 ans
Localisation : ST OUEN (93) , France
Profession : Artiste
Voir la fiche de l'auteur