Article : 12 JUILLET


L’étoile floquée sur le tissu au-dessus du coq aurait du être noire, ou beurre, sur un maillot éclatant d’un blanc qui frappe à l’oeil au beurre noir. Je ne crache pas sur la république, ses valeurs et couleurs, mais ce peuple qui a donné au pays l’une des plus grandes émotions de l’histoire, c’est la France des couleurs.

Ce jour là, je n’étais qu’un benjamin, j’avais 11 ans et je m’en souviens, le racisme a été aboli dans l’esprit de tout un chacun même les plus chauvins. Un évènement marquant comme deux coups de têtes et pas ceux du Front National, mais un même sourire sur les visages pour la joie d’une belle fête et c’est le principal.

Moi je me souviens surtout de la demi final, ou ce défenseur antillais a vu brillé son étoile en répondant deux fois après une erreur monumentale, à cette équipe croate qui dans le mythique stade de St Denis avait ouvert le bal.

Ne dit-on pas que c’est à la fin qu’on paye les musiciens, il est temps que les cardinaux en costume reconnaissent le peuple immigré que ces joueurs ont représenté parmi les siens.

Une reconnaissance enfin pour nous autres qui avons participé et participons encore aujourd’hui, à l’histoire et au développement de ce pays. Ce que je propose ne sachant pas vraiment si cette idée va nous rassembler ou nous diviser, c’est que dorénavant le 12 juillet pour la France et la génération black blanc beurre soit un jour férié.

Théophile Marcelin TEHE


Publié le 19 octobre 2014

1 vote



L'auteur

Théophile Marcelin

Âge : 32 ans
Localisation : ST OUEN (93) , France
Profession : Artiste
Voir la fiche de l'auteur