Hélène PEQUIGNAT


4212 votes historiques

3 votes
Âge : 53 ans
Situation : Union libre
Localisation : Montferrat (38) , France
Profession : Eleveuse de papyrus

Centres d'intérêts

Les chats, les papyrus et leurs éventuels croisements génétiques dans un futur lointain. La réhabilitation des arbres à crème chantilly injustement accusés de la récente épidémie mondiale d'obésité et de production de tartes à la crème insipides. Les êtres humains malheureusement.

Loisirs

Je ne les connais pas, celles-là, de lois... d'ailleurs je n'en connais pas beaucoup. Juste la loi Yale, la loi Yé, la loi Re.

Dernières lectures

Des polars moyenâgeux pour faire semblant de s'instruire tout en se divertissant. "L'art de ne pas être un égoïste" de R.D.Precht pour être sérieuse, mais cela vaut le détour. "Le petit livre des couleurs" de M.Pastoureau. Et plein de trucs fabuleux à caser dans les conversations comme Système1/Système 2 de Kahneman, ou Nudge, ou Internet rend-il bête? (mais ça on le savait déjà) ou alors Silex and the city tome 4 (mais j'aimais mieux le tome 1) ou Platon Lagaffe des deux compères Pépin et Jul... A oui, et puis mon Devos d'amour... Et encore des tas de polars, mais j'ai oublié lesquels parce qu'ils n'étaient pas terribles.

Divers

Je cherche le plat de fantaisie. Qui l'a fini avant que je ne puisse me resservir? Et voilà, j'ai l'air ridicule... mais au moins, je ne me prends pas pour le prochain prix Nobel de littérature. Un peu de modestie, Mesdames et Messieurs!

Biographie

Je fais partie de ces maintenant curieux spécimens sans page facebook et compte twitter et autres facéties postmodernes, autant dire que je suis à classer dans la catégorie "handicapé technologique avec conséquences dramatiques sur l’insertion sociale et l’illusoire notoriété". Bref. Cela ne m’empêche pas de sourire ou de cautionner les propos de certains candidats dans leurs remarques, lorsqu’ils s’interrogent notamment sur le bienfondé de tout ce fumeux dispositif... Ceci étant : je bois du café, parfois trop, je traumatise toujours les papyrus, mes élèves, je daigne partager mon canapé avec les chats (et mes enfants de temps en temps), je tente vainement de vivre en accord avec le présent et moi-même entre deux siestes.
NB du 10 aout : si je ne réponds pas aux commentaires, ce n’est pas de l’indifférence ou du snobisme... je ne veux pas de compte Facebook, CQFD. Mais je trouve plein de candidats fort sympatoches, touchants, plein d’humour et de qualités d’écriture ! Mon mail pour ceux qui en ont marre de faire des commentaires qui restent lettre morte : helene.pequignat@laposte.net. Promis, je réponds.
NB du 21 aout : ce que je raconte dans l’interview, c’est rien que la vérité... puisqu’ils le disent... pas sûr que ça m’attire plein de votes mais j’ai bien rigolé, même s’ils ont enlevé tous les trucs croustillants au montage (eh oui). Les 20 premiers qui me mettent un message sur mon compte Facebook que j’ai pas gagnent une bouture (de papyrus, ignares !) Les autres ont le droit de m’assommer à coups de poissons.
ND du 26 aout si certains lisent encore les trucs qu’écrivent les candidats : il y a comme qui dirait une sorte d’inflation des points de vote que c’en devient éminemment louche, dites donc ! Rien de nouveau sous le soleil, puisque c’est déjà le cas depuis le début ; on n’est pas, contrairement à ce que souhaiterait Mr Mojon, le meilleur écrivain parce qu’on a le plus de votes. On sait juste bidouiller avec l’informatique un peu mieux que les autres. Quelqu’un aurait dit, paraît, que les premiers seront les derniers...

Motivations

Motivation fluctuante, comme ce temps qui est passé depuis le 1er mars: de l'enthousiasme aux questionnements et à la perplexité, lorsque les règles ne sont manifestement pas respectées (mais enfin, une règle, c'est bien fait pour être transgressé, non?); de l'amusement au dégoût de voir chacun se démener plus ou moins honnêtement pour amasser des votes comme on amasse des pépites ou des photos de vacances, c'est selon; du plaisir de la découverte de personnes atypiques et attachantes à l'affirmation des egos les plus outranciers... Version 2.0 de la comédie humaine, en somme. A part ça, je ne suis pas une fan de Balzac, qu'on se le dise... J'aime mieux les blagues carambar entre deux pages de la Critique de la raison dialectique.

Photo(s)


Livre(s)

Les petits mondes Tome2 : Case créole
0 vote
Hélène PEQUIGNAT
Catégorie /
Roman fantastique
Les petits mondes
0 vote
Hélène PEQUIGNAT
Catégorie /
Roman fantastique

Mes défis

Défi auteur n°1 : L’Écriture sans verbes

Souvenirs, souvenirs…

Une image, un visage : ma tante, lors de l’un de ses passe-temps favoris, le tricot. Enfin, pas n’importe quel tricot. Non. Le nec plus ultra, la Roll’s des tricots, le fleuron de la discipline : le jacquard. Valse de pelotes multicolores comme autant de ballons d’enfants autour de leur chef d’orchestre. Cliquetis des aiguilles dans le silence ouaté de la pièce. Pas de tranquillité, pas de jacquard en effet. Un rang à l’endroit, un rang à l’envers. Un coup d’œil régulier au modèle de référence…
Écrit le 12 mai 2014
1 vote

Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »

Du swing au swag

"Sea, sex and sun...": au rythme de l'été, l'être humain se balance. Il balance d'abord ses fringues sur la plage, histoire de noyer sa TRISTITUDE (blues) dans les vagues spumescentes de l'océan salvateur. Même si c'est une ESBROUFFADE (bluff), c'est avec un certain panache et une jubilation certaine qu'il jette aux orties, quelques jours par an, ses obligations costumières dans un DEPOILETAGE (strip tease) quasi-intégral auquel échappera juste ce minuscule bikini-BRINDELLE (string) qui lui tiendra…
Écrit le 21 juillet 2014
0 vote

Défi auteur n°3 : Je ne conclus pas, je termine !

God's gamers, time surfers, Dieu a l'esprit joueur...

Nos deux rameurs, exténués, se laissaient porter par le courant. De temps en temps, ils plongeaient mollement l’extrémité de leurs pagaies dans l’eau maintenant apaisée pour rester en harmonie avec le rythme du fleuve. Malgré la fatigue, un léger sourire semblait flotter sur le visage de Thomas. Espiègle et taquin, comme à son habitude, il se tourna légèrement vers son compatriote occupé à barrer l’embarcation, et l’apostropha : En somme, mon ami, tous ces « récipients », là, que tu nous as obligé à…
Écrit le 6 août 2014
0 vote