Annpôl Kassis


4 votes historiques

0 vote
Âge : 76 ans
Localisation : PARIS (75) , France
Profession : écrivaine

Centres d'intérêts

Musique lyrique, théâtre, peinture- surréaliste et abstait Qi gong; Tai chi;

Loisirs

atelier d'écriture atelier de peinture-collage

Dernières lectures

Peter Handke : Le poids du monde George Perec: L'infra-ordinaire et toujours Fernando Pessoa : Le gardeur de troupeau

Divers

garder confiance, même si c'est difficile, car tout est toujours possible. Le miracle , c'est quand il arrive et c'est surtout après beaucoup de travail, d'erreurs et d'échec...alors garder encore son courage et continuer sur sa voie

Biographie

anciennement prof à l’Université de Paris III-Sorbonne
Actuellement chargée de recherches au CRIDES, Fondation Scelles
écrivaine, traductrice, librettiste,poétesse, critique littéraire aux revues : Inverse et Le Manoir des poètes
Présidente de l’Association Music’All Arts
Membre du fellowship international des amis de Dickens

Motivations

D'abord pour le défi, petite étape vers le dépassement de soi... Puis, pour le plaisir, celui des mots et celui de tenter l'inconnu Ensuite, pour le labeur, de l'écrivain en quête de nouveauté... Et encore pour cette nouvelle Académie, inconnue, mais du nom d'un de mes auteurs préférés du 19 ème; pour me mettre un peu sur le sentier de sa créativité... En plus la promesse fragile d'une résidence d'écrivain et d'écriture, hors soucis quotidiens, dans un lieu magique Alors...pourquoi pas?

Photo(s)


Livre(s)

Arthur, roi de l’Union
0 vote
Annpôl Kassis
Catégorie /
Art, Musique et Cinéma
Les disparues de l’Amphitrite ; des femmes déportées en, nouvelle Galles du Sud
0 vote
Annpôl Kassis
Catégorie /
Roman historique

Mes défis

Défi auteur n°1 : L’Écriture sans verbes

Aux interstices de nos vies

Toutes ces souffrances de fin de vie, tous ces regrets, toute cette culpabilité polluante, étouffante, oublieuse des limites de notre minuscule la réalité, au moment de la mort de la Mère, disparition du pilier de toute vie. Mère-Elle le cœur, le souffle. Mais, au grand âge, Mère qui ? Rappel de l’enfant dans un passé pas si lointain ? Ou Enfant de l’Enfant, en cette nouvelle Personne, infantile avec le temps, les temps, les long cours des dernières étapes de sa vie. Et l’enfant, le vrai, alors Mère…
Écrit le 27 mai 2014
0 vote