Daph Nobody


5363 votes historiques

1743 votes
Âge : 44 ans
Localisation : Bruxelles (11) , Belgique
Profession : acteur-scénariste

Centres d'intérêts

La littérature (par la force des choses), la musique, le cinéma... toutes les formes d'art en général, mais également la psychologie, la sociologie, la théologie, la criminologie... tout ce qui permet de mieux comprendre l'être humain et ses comportements.

Loisirs

Me promener, bouquiner, assister à des spectacles, passer du temps avec mes amis et ma famille... également rencontrer des gens qui ont vécu des expériences difficiles et chroniquer leurs récits autobiographiques, dans le cadre de mon travail de journaliste freelance.

Dernières lectures

"La Peste" d'Albert Camus ; "Christine" de Stephen King ; "Audrey Rose" de Frank De Felitta ; "Clinique de la Raison Clause" de Philippe Léotard ; "Adieu la Chair" de Julia Kino ; "L'enfant du dimanche" de Gudrun Mebs ; "J'balance pas, j'raconte" d'André Pousse, "Jour de Chance pour Sailor" de Barry Gifford...

Divers

Biographie

D’une mère artiste-peintre et d’un père scénariste-bédéiste-photographe, Daph Nobody grandit à Bruxelles, dans des quartiers difficiles, où très vite il se tourne vers la littérature, fantastique en particulier. Il se spécialise dans les genres du fantastique, du thriller et de l’épouvante, et publiera ses premiers textes en 1999, notamment sous le pseudonyme de John Nox en 2000 dans le magazine KHIMAIRA ("Le Rire dans l’Âtre). Tandis qu’il poursuit une licence en Langues et Littératures Modernes à l’université, ainsi qu’un Master en Arts du Spectacle, il remporte un premier prix de nouvelle sur un site multiculturel internet en 2001 avec une nouvelle intitulée Blue & Yellow, puis un grand prix de nouvelle fantastique en 2002 au festival du Livre Fantastique de Bruxelles (apparenté au célèbre BIFFF), avec une nouvelle intitulée "Un éternel recommencement". En 2001 sort le 1er volume de son Cycle des Ténèbres (Les Ténèbres Nues), réédité par les Editions S.D.E. en 2003. En 2006 paraît le deuxième volume (La Lumière des Au-Delà), et en 2009 son premier roman, BLOOD BAR, aux Editions Sarbacane, salué par la critique comme un renouveau du genre vampiresque. Suivra son deuxième roman, L’ENFANT NUCLEAIRE, également paru aux Editions Sarbacane. Il est également scénariste (co-auteur avec Giles Daoust de "A Broken Life", réalisé par Neil Coombs en 2008, avec Tom Sizemore, Ving Rhames et Saul Rubinek ; co-auteur et interprète d’un court-métrage primé à maintes reprises dans les festivals internationaux (Histoire d’Argent / A Money Tale), dramaturge (De la Mouche à l’Hameçon, The Fatman’s Fate...) et a adapté en 2010, pour un spectacle en plein-air, l’univers de Yakari, célèbre bande dessinée de Derib et Job (Claude Derib et André Jobin). Comme acteur, on peut actuellement le voir à l’affiche de ’Mauvaise Réponse", de Frédéric Gibilaro, sorti à Paris en février 2014.

Motivations

J'écris depuis que j'ai sept ans, ça a donc toujours fait partie de ma vie. Quand j'étais môme, on n'avait pas de choses luxueuses à la maison, pas toujours le frigo rempli non plus... en revanche, je ne sais pas pourquoi, ça ne manquait jamais de livres. Alors, forcément, quand on n'a pas de télévision et qu'on ne part jamais en vacances, on se rabat sur les bouquins. On commence par en dévorer compulsivement... et puis un jour on se retrouve à en pondre soi-même, parce qu'on en a trop entreposé au fond de soi et qu'il faut que ça sorte. Je me suis très vite passionné par toutes les littératures de l'imaginaire, et par la bande dessinée, qu'elle soit belge, française ou made in USA. Encore aujourd'hui, je saute de découvertes en découvertes, et me dis que ce monde est résolument passionnant, même s'il a parfois du mal à se renouveler. En découvrant l'existence de cette « académie Balzac », je me suis dit : voilà une superbe occasion de partager sa passion avec d'autres aficionados de la plume et du verbe ! Plutôt que de rester chacun le nez dans son petit encrier – bien que computérizé, l'encrier, désormais, sauf pour les plus indécrottables. De nos jours, on a tendance à reléguer le métier d'écrivain à quelque discipline « vieux jeu » (en comparaison avec le monde des jeux vidéos, du cinéma 3-D, etc...). Mais je maintiens qu'on peut écrire des mots tout en étant moderne et en s'adressant aux gens d'aujourd'hui, et même aux gens de demain. J'ai déjà parcouru un bout de chemin de mon côté, été édité plusieurs fois, fait le tour des Salons littéraires et donné des conférences ici et là. Mais ça ne m'empêche pas d'avoir encore envie de découvrir de nouvelles approches de l'écriture, et surtout de passer du temps avec des confrères qui partagent la même passion, les mêmes aspirations, la même folie peut-être. Si vous votez pour moi et me permettez de faire partie de ce « château », je m'engage à rendre chaque journée de ce séjour passionnante, enrichissante, agréable, marrante, instructive, constructive... en bref, je m'engage à vous faire passer de bons moments. Alors, à présent, à vous de jouer... Un Belge dans l'aventure, ça peut être sympa, non ? Et plutôt deux fois qu'une !

Photo(s)


Livre(s)

L’ENFANT NUCLÉAIRE (PICA MORFAL BOY)
0 vote
Daph Nobody
Blood Bar 1 - L’emprise
0 vote
Daph Nobody
La Lumière des Au-Delà
0 vote
Daph Nobody
Catégorie /
Roman fantastique

Mes défis

Défi auteur n°1 : L’Écriture sans verbes

Surtout pas ce verbe !

Générique. Pas de musique. Son direct. Un homme. Une femme. Dans la trentaine. L'océan. Des regards en contemplation sur l'horizon diapré. Des empreintes de pas sur la plage de sable blanc. Travelling. Deux longs tracés à l'approche l'un de l'autre. Involontairement. Le hasard. Le matin frais. Calme. Fracas des vagues. Comme un bruit, mais silencieux. Une rumeur intime. Plénitude sans artifices. La pureté. L'homme et la femme, tous deux désireux de solitude. La douceur de l'absence. Mais en même…
Écrit le 14 mai 2014
0 vote

Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »

L'hypnotiseur

La ville ne s'éveillait pas ce matin-là, engorgée de fumard au sein duquel seules perçaient les enseignes lumineuses, qui semblaient promouvoir des robinets en or au pays des marécages. Tout était en reste-fixe. Entravées par ce voile, les azurières ne pouvaient plus superspecter les nomadomes, et les costumes n'apparaissaient pas plus clinquants que les guenilles. De toute façon, la rangeance ne s'obtient pas par noblesse mais par héritage. ― J'ai pas bâfré depuis des lunes ! Le bouseux, limitique,…
Écrit le 16 juillet 2014
0 vote

Défi auteur n°3 : Je ne conclus pas, je termine !

Le dernier film (par Daph Nobody)

1 La météorite se rapprochait, inexorablement. Toutes les radios et les télévisions étaient focalisées sur elle et bombardaient les tympans de scénarios catastrophistes répétitifs, dont les variations étaient rares, et ne tendaient qu'à accroître la tension ambiante heure après heure. Les dernières tentatives coordonnées des États-Unis avec la Russie, l'Iran et Israël pour la détruire au moyen de charges nucléaires, s'étaient soldées d'autant d'échecs. Les images avaient été retransmises en direct par les…
Écrit le 18 août 2014
0 vote

Mes récits

Ma liste de courses au seuil de la fin du monde (par Daph Nobody, octobre 2014)

Vu que l’on ma pris au dépourvu en me demandant de poster de nouveaux textes alors que je n’ai quasi aucun matériau sur moi et que je n’ai pas le temps d’écrire quoi que ce soit en sus du travail à fournir pour le roman de l’Académie Balzac, je me suis dit qu’il ne me restait qu’à publier ma liste de courses. N’en déplaise... thé (le café, tu peux te le moudre au cul !) sucre en morceaux soupe aux tomates avec croûtons baguette intégrale fusil à pompe eau pétillante jus d’orange chocolats…
Écrit le 8 octobre 2014
204 votes

Se calibrer ou se flinguer : une chronique de Daphnis Olivier Boelens (Daph Nobody) à propos du livre de Virgine Vanos

Pour changer de la fiction, je vous propose aujourd’hui une de mes chroniques littéraires, que vous pouvez retrouver sur mon blog dédié à des articles culturels de toutes sortes. http://daphnobody.blogspot.fr/ VIRGINIE VANOS : « LES SOUS-TECKELS ou 45 BONNES RAISONS DE CRAINDRE LA MASSE SILENCIEUSE » SE CALIBRER OU SE FLINGUER – une chronique de Daphnis Olivier Boelens (juin 2014) – Procès du conformisme, éloge de la différence Procès du robotisme à visage humain, éloge de la poésie Procès de…
Écrit le 9 octobre 2014
151 votes

CHRONIQUES LITTERAIRES de Daphnis Olivier Boelens (alias Daph Nobody) : DANIEL DECROIX et EDITH DEVELEYNE

Retrouvez mes chroniques sur daphnobody.blogspot.com CHRONIQUE LITTERAIRE n°3 : RUE DU CIRQUE (Les filles de joie, les hommes de peine, Tome 1), un roman de Daniel Decroix (une chronique de Daph Nobody, 12-13 février 2011) Il existe deux types de romans, ceux qui racontent platement (même si pleinement) une histoire (qui peut être très bien construite au demeurant, donc), et ceux qui adoptent un style, un ton, propres à faire de cette histoire la voix d’un auteur qui, au-delà de la mission de…
Écrit le 10 octobre 2014
105 votes