Gérard Muller


22160 votes historiques

12 votes
Âge : 69 ans
Situation : Marié(e)
Localisation : Escalquens (31) , France
Profession : Autoentrepreneur

Centres d'intérêts

Littérature, Poésie, en tant que lecteur et écrivain

Loisirs

Golf, Ski, Voyages

Dernières lectures

La chute de Camus, Bel Ami de Maupassant, Le collier rouge de Ruffin, une page de Proust avant de me coucher. Ils ont accompagné mon été : Gustave Flaubert (Madame Bovary), Catherine Forné-Billebeaud (Le Parapluie Japonais), Florian Zeller (La fascination du pire), F Dostoïevski (Crime et châtiment), Michel Tournier (La goutte d’or), Sylvain Tesson (S’abandonner à vivre) et Olivier Maulin (Les Lumières du Ciel).

Divers

N'hésitez pas à venir voir mon site où je présente tous mes romans ainsi que mes poèmes : https://sites.google.com/site/petitromanspourtous/

Biographie

Jeune retraité de l’Industrie Aérospatiale, auto-entrepreneur consultant, ce passionné de littérature a décidé de consacrer son nouveau temps libre à l’écriture d’ouvrages de fiction en voyageant à travers les différents genres, du thriller au roman psychologique.

Motivations

La littérature est généralement une aventure individuelle dans laquelle l’auteur, seul au fond de son antre, voyage, imagine, construit une aventure, invente des personnages et leurs destins. L’écriture d’un roman à plusieurs mains représente une aventure inédite et intéressante, à condition que les talents s’ajoutent au lieu de se jalouser ou de se combattre. Les auteurs doivent faire preuve d’écoute, de patiente, et savoir se remettre en cause. Ces qualités ne sont généralement pas l’apanage des écrivains, aussi il sera nécessaire d’effectuer une sélection rigoureuse, basée sur des critères psychologiques solides. On peut comparer cette aventure à un voyage en bateau dans lequel tous les marins sont obligés de travailler ensemble dans un confinement étroit, sans possibilité d’évasion. Je pense avoir les qualités indispensables pour donner toute ma créativité à cette entreprise, ayant travaillé comme ingénieur dans des grands projets aérospatiaux, où la réussite passe avant tout par la communication, la transparence et la mise en commun de l’effort de chacun. De plus, j’ai la chance de posséder une imagination très féconde qui me permet d’écrire plusieurs romans par an.

Photo(s)


Vidéo(s)

Vidéo pour académie balzac

Petit poème de présentation

Crédits : GERARD MULLER

Publiée le 29 mars 2014

Livre(s)

L’enfer au paradis
1 vote
Gérard Muller
Catégorie /
Roman
Ma reserve africaine
1 vote
Gérard Muller
Catégorie /
Roman
Le jardinier de mes rêves
1 vote
Gérard Muller
Catégorie /
Roman
Retour à La Unarde
1 vote
Gérard Muller
Catégorie /
Roman
Le sexe de mon livre
1 vote
Gérard Muller
Catégorie /
Roman

Mes défis

Défi auteur n°1 : L’Écriture sans verbes

Mort pour un verbe

Volutes de l’automne dans la brume matinale comme une ouate monotone à la marée vaporeuse, les senteurs d’un Merlot, caresse d’un sous-bois humide, promesse d’un nectar à l’ombre voluptueuse d’un possible déjeuner sur l’herbe. Soudain : un rayon de soleil, une colline émeraude brillante de perles de rosée, un vol d’hirondelles au-dessus d’une vigne aux reflets mordorés, une petite vallée nonchalante au ruisseau peu pressé, puis une tour, une deuxième, un toit d’ardoise argenté et enfin un château :…
Écrit le 12 mai 2014
0 vote

Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »

L'affairange arrosé

Quand il apprit la nouvelle, Jean sauta dans son bureauvole. Il fallait qu’il soit le premier à rencontrer cette bourgeonette. L’idée était géniale. Personne n’y avait pensé avant : pas même son labo-idée. L’inventeur voudrait certainement être payé en liquargent : deux millions de dollars. Rien à côté des royaledevances que Jean allait pouvoir générer. Un logiciel capable d’écrire des succès-livres à la demande ! Les algorithmes triaient l’ensemble des faits divers stockés dans sa mémoire pour concevoir le…
Écrit le 7 juillet 2014
0 vote

Défi auteur n°3 : Je ne conclus pas, je termine !

Mon fils Jacqueline

Épilogue Le temps hésite entre la fin de l’été et le début de l’automne. L’odeur sèche de la pierre à fusil laisse lentement la place à celle des sous-bois et des champignons frais. Le silence est comme suspendu aux cris des hirondelles qui, au loin, se rassemblent le long des fils électriques, imprimant des ratures sur un ciel immaculé d’azur, délavé par l’orage d’hier soir. Une brise plus fraîche vient caresser mes cheveux et envelopper mon cœur. Assise sur ma terrasse, j’observe Martin au milieu du champ…
Écrit le 7 août 2014
0 vote