Laurent FATET


261 votes historiques

3 votes
Âge : 43 ans
Situation : Marié(e)
Localisation : LYON (69) , France
Profession : professeur

Centres d'intérêts

Littérature, essais & philosophie Arts contemporains Musique Politique Photographie Design Cinéma

Loisirs

Photographie Expos, musées, concert Ecriture Guitare Montagne (Snowboard) Surf Golf Voyages

Dernières lectures

"L'ordre libertaire, la vie philosophique d'Albert Camus", Michel ONFRAY "Canada", Richard FORD "Le partage du sensible", Jacques RANCIERE

Divers

Biographie

Je suis né à la fin des 70’s, sur le plateau des Minguettes, à Vénissieux, proche banlieue de Lyon, à l’endroit et au moment où le mythe idéologique de la mixité sociale a démarré. Je suis revenu enseigner sur ce même plateau il y a douze ans, auprès d’enfants qui n’avaient pu s’échapper de cet échec de politique urbaine. Comme pour boucler la boucle et comme pour signifier à ces enfants qu’une main leur est tendue : celle de l’école et de la Culture. Je suis professeur des écoles, spécialisé dans l’apprentissage de la lecture, aimant mon métier et le domaine de la pédagogie.
Je suis également père d’un magnifique petit garçon de 3 ans et ma deuxième moitié attend une petite fille pour début juin.

Motivations

Ecrire est une proposition artistique pour vivre mieux en tant de crise ou de catastrophe, une proposition d'être au monde et aux idées dans une époque ravagée (laquelle ne l'a pas été ?). Ecrire est une arme pacifique aussi car elle est le seul moyen de changer un monde qui ne nous plaît pas, qui ne nous correspond pas. Aujourd'hui, voter n'est plus l'unique acte politique, au sens de redéfinir la société, il y a aussi l'écriture, qui véhicule et laisse transparaître, nos idées, nos pensées, nos actes dématérialisés. Un art pour la cité. Ce défi commun m'interpelle car il va réunir des âmes sensibles autour d'une culture partagée. Peut-être pour changer le monde... Nous sommes toujours meilleurs constructeurs à plusieurs, pour éviter soi de tourner complètement le dos au monde qui nous entoure soi pour s'y noyer entièrement. A plusieurs, il y aura toujours une âme ou deux pour tenir à bonne distance les artistes, de manière à ce que le travail commun qui sortira de l'Académie puisse être utile, en plus d'être esthétique - je l'espère -

Livre(s)

Le temps en suspens
0 vote
Laurent FATET
Catégorie /
Roman sentimental

Mes défis

Défi auteur n°1 : L’Écriture sans verbes

Hier encore - éloge du scepticisme ?

Hier encore, des minutes errantes. Dans cette nuit noire, sans lune. Décidément, ces dernières nuits, toutes mal lunées… De la même manière que les autres, introduites par mon Moi et rejaillies sur le degré zéro de mon Surmoi. A l’arrivée, de nombreuses angoisses nocturnes d’ordre névrotiques clamées sur l’hôtel de mon intérieur fragile. Clamées haut et fort sur le parvis de mes souffles. Clamées à tous vents au bout de mes paroles esquissées. Pourquoi, naguère, les minutes errantes ? Pourquoi aujourd’hui…
Écrit le 12 mai 2014
0 vote

Défi auteur n°2 : « Do you speak encore français ? »

Traversiers

« Commonwealth ! » me cria-t-elle. Seulement avec les embruns glacés cumulés à la distance séparant nos deux bateaux, je n’étais pas certain de bien comprendre. Commonwealth ?! me répétais-je, consterné. Que voulait-elle bien me dire ? J’étais seul sur le pont du traversier, cette femme ne pouvait s’adresser qu’à moi. Je lui fis quelques gestes désoeuvrés pour lui signifier mon incompréhension. Elle répéta, je lus sur ses lèvres, je compris la même chose. Pfffff… Les bateaux se croisaient quand je me mis à…
Écrit le 22 juillet 2014
0 vote

Défi auteur n°3 : Je ne conclus pas, je termine !

Dernière plaiedoirie

C’est par la traboule de la rue du Bœuf que Julien pénétra dans la cour intérieure qui était alors plongée dans une noirceur paisible. Quatre heures du matin était la bonne heure pour être au calme. Toujours avec lenteur et silence, il s’avança jusque devant le portique des caves. Il désolidarisa son sac de son dos puis, en sortit une combinaison noire, ainsi que des gants et des petits chaussons en pololyéfine, qu’il s’empressa d’enfiler. Discrètement, dans ce coin sombre, il enfouit ses vêtements dans…
Écrit le 25 août 2014
0 vote